Accueil Belgique Politique

Benoît Lutgen, bourreau de travail, tenace, secret, autoritaire

Le président du CDH vient de démissionner de son poste. L’occasion de redécouvrir le portrait que nous lui avions consacré le 28 septembre, quelques jours avant un scrutin communal où il allait affronter son frère à Bastogne.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 13 min

Pendant la campagne pour les communales, Benoît confiait parfois à l’un ou l’autre : « Si je perds, ce sera une autre vie pour moi. » Comprenez : en dehors de la politique. « Comment être le chef dans ton pays si tu es battu dans ton village ? », illustrait l’un de ses proches. Le 14 octobre, il a gagné le duel fratricide et tendu face à l’autre Lutgen, Jean-Pierre, le patron d’Ice-Watch. Et il a conservé son poste de bourgmestre de Bastogne, en plus d’être député fédéral et président du CDH. Un CDH malmené dans les sondages. Et un président contesté en interne l’an dernier pour sa gestion du parti, voire ses choix (ah, son coup du 19 juin…).

Est-ce cela qui le motive aujourd’hui à quitter la tête du parti humaniste ? Ou simplement la fatigue et l’envie de passer le relais avant la campagne pour les élections du 26 mai ? Sa personnalité éclaire-t-elle ce choix ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Dubois Jeannine, mercredi 16 janvier 2019, 19:48

    Un maïeur comme beaucoup d'autres, non ?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs