Open d’Australie: Roger Federer au troisième tour sans perdre un set (vidéos)

©AFP
©AFP

Roger Federer, N.3 mondial et le plus souvent abonné aux sessions de soirée, a su se montrer matinal face au Britannique issu des qualifications Daniel Evans (ATP 189), maîtrisé en trois sets 7-6 (7/5), 7-6 (7/4), 6-3 au deuxième tour de l’Open d’Australie, mercredi à Melbourne.

Programmé en troisième match sur la Rod Laver Arena, le Suisse aux vingt couronnes record en Grand Chelem a joué sous un ciel couvert, qui a même laissé échapper quelques gouttes de pluie en fin de premier set, sous une température adoucie par un peu de vent et clémente pour l’été australien (moins de 25 degrés).

Mais le double tenant du trophée n’a pas eu la partie facile pour autant. Dans la manche initiale, aucun des deux joueurs ne s’est procuré d’occasion de break jusqu’à 6-5. La première, synonyme de balle de set pour Federer, ne lui a pas suffi et il a dû batailler jusqu’au jeu décisif, dans lequel il a bénéficié de deux volées coupables d’Evans, pourtant en tête 5 points à 3.

Après un break d’entrée, le deuxième set s’annonçait plus aisé pour l’ex-N.1 mondial. Il s’est finalement achevé lui aussi par un tie-break, Evans ayant égalisé à 5 jeux partout in extremis.

C’est la seconde victoire en trois sets pour le Bâlois après son succès initial face à l’Ouzbek Denis Istomin (6-3, 6-4, 6-4) au premier tour.

Federer, en quête d’un centième titre, affrontera le Français Gaël Monfils (ATP 33) ou l’Américain Taylor Fritz (ATP 50) pour une place en huitièmes de finale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite