Accueil Belgique Politique

Benoît Lutgen: «J’ai pris ma décision en sachant que Maxime Prévot est prêt à prendre ma succession»

Benoît Lutgen renonce à la présidence du CDH mais n’abandonne pas la politique.

Temps de lecture: 2 min

Sur La Première, Benoît Lutgen a confirmé l’annonce faite au Soir de sa démission de la présidence du CDH assurant qu’il laisse « un parti apaisé ».

Benoît Lutgen a pris sa décision en sachant que Maxime Prévot est prêt à prendre sa succession. Le président du CDH le soutient mais il soutiendra aussi les autres candidats qui se présenteront.

► Maxime Prévot pressenti comme le successeur de Benoît Lugten

Lutgen continue la politique

Benoît Lutgen ne confirme pas s’il sera tête de liste pour le fédéral, la région ou l’Europe. «  J’ai fait un choix d’intérêt général et je mets au service de la personne qui sera élue à la tête du CDH ».

« Passer le relais au bon moment »

« Pouvoir passer le relais au bon moment, c’est marquer la confiance en l’avenir », a commenté via le réseau social Twitter le président sortant Benoît Lutgen mardi soir vers minuit. « Fort du résultat collectif aux communales, fort de nos valeurs, je convoque dès à présent l’élection à la présidence du CDH », a-t-il encore annoncé.

Des élections internes au parti humaniste devraient en effet suivre dans les quinze prochains jours, avait-il glissé dans un entretien publié par plusieurs médias francophones mardi soir.

« Mon engagement est plein et entier, comme militant, comme bourgmestre et comme député. Au service du projet, des valeurs, du collectif ! », a encore assuré sur Twitter le mayeur de Bastogne, député fédéral.

L’annonce officielle de sa démission doit avoir lieu mercredi matin en bureau de parti.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Parmentier Luc, mercredi 16 janvier 2019, 14:41

    article = la réponse de la question de 6h45..............est-ce vraiment une question ? ou !

  • Posté par Bruneau Christiane, mercredi 16 janvier 2019, 10:50

    Bravo la démocratie dans le choix d'un successeur. Vive le népotisme ! Pour un donneur de leçon, quelle leçon ! Et ils nous affirme que "Tous pourri" est un mauvais slogan

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une