Attaque au Kenya: tous les djihadistes ont été éliminés, 14 morts, plus de 700 civils évacués du complexe hôtelier

© AFP
© AFP

Les forces de sécurité kényanes ont mis un terme mercredi matin à l’attaque des islamistes somaliens shebab contre un complexe hôtelier de Nairobi au terme d’un siège de près de vingt heures, a annoncé le président Uhuru Kenyatta, assurant que « tous les terroristes ont été éliminés ».

Il a précisé que l’attaque, qui avait débuté mardi vers 15 heures (12 heures GMT), a fait 14 morts et un nombre non précisé de blessés.

« Je peux vous confirmer que l’opération de sécurité au (complexe) Dusit s’est achevée il y a environ une heure et que tous les terroristes ont été éliminés », a déclaré M. Kenyatta lors d’une conférence de presse.

Le nombre total de djihadistes n’était pas clair dans l’immédiat. Des images de vidéosurveillance diffusées par les médias kényans montrent quatre hommes équipés d’armes automatiques et de grenades progresser calmement dans le complexe. Au moins un djihadiste s’est fait exploser au début de l’attaque.

Un Américain et un Britannique parmi les victimes

Une source policière a indiqué de son côté que deux assaillants ont été tués mercredi matin au terme d’un échange de tirs prolongé. « Ils portaient tous les deux des foulards rouges sur le front et des cartouches étaient attachées autour de leur poitrine (…) ils avaient chacun un AK-47 ».

Le président Uhuru Kenyatta a lui précisé «  qu’en ce moment, nous avons la confirmation que quatorze vies innocentes ont été perdues (…), d’autres ont été blessés ». Il a ensuite salué le travail des forces de sécurité kényanes. « Plus de 700 civils ont été évacués du complexe depuis le début de l’attaque jusqu’aux petites heures du matin ».

De son côté, une source à la morgue a indiqué à l’AFP que quinze dépouilles ont été enregistrées : 11 Kényans, un Américain, un Britannique, et deux personnes dont la nationalité n’a pas pu être établie dans l’immédiat. Des sources policières avaient elles aussi fait état d’au moins 15 morts.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  2. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

  3. L’Awap a notamment pour mission de préserver le patrimoine immeuble.

    Patrimoine wallon: malgré les préavis d’actions, le ministre Collin reste confiant

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite