Brexit: «L’humiliation» du «soldat» May et son «dead deal» à la Une des journaux britanniques

À la chambre des Communes, le traité conclu par Theresa May n’a obtenu que 202 voix contre 432, la plus lourde défaite essuyée par un dirigeant britannique depuis les années 1920. Ce vote historique a plongé le Royaume-Uni dans le flou quant à son avenir, à deux mois et demi du Brexit, prévu le 29 mars.

« Une défaite historique »

Les journaux britanniques parlent d’une « défaite historique » pour Theresa May. « Une défaite historique », titre le « Times », tout comme le « Guardian » et le « Financial Times » .

© AFP
© AFP

Le tabloïd conservateur « Daily Mail », pro-Brexit, estime que Theresa May « se bat pour sa vie ». Son accord s’est écrasé, « crushed » en anglais, mot qu’on retrouve dans quasi tous les quotidiens d’Outre-Manche.

« L’ampleur de la défaite est inédite pour un Premier ministre dans l’histoire moderne  », note le « Financial Times ». Le « Guardian » et le « Times » titrent aussi sur une « défaite historique ».

« Une humiliation totale », écrit de son côté « The Daily Telegraph ».

« Dead deal »

L’accord négocié par le gouvernement May et l’Union européenne est mort et enterré, explique « The Sun » au moyen d’un photomontage et d’un néologisme : sous le mot « Brextinct », contraction de Brexit et d’extinction, le tabloïd fait apparaître Theresa May sous les traits d’un dodo, un oiseau issu de l’île Maurice aujourd’hui disparu.

« A dead deal »(un deal mort) pour « The Independent » qui explique qu’il ne reste plus que comme solution de refaire un référendum final.

© AFP
© AFP

What’s next ?

« Le soldat May peut-elle continuer malgré le Brexit », s’interroge le « Financial Times « qui présente les différentes options qui se présentent désormais les différentes issues possibles.

« Pas d’accord, pas d’espoir, pas de piste, pas de confiance », titre le « Daily Mirror ».

L’édito du « Guardian  » résume ainsi la situation : «  Après la défaite impressionnante de May, notre pays se retrouve perdu et à la dérive. » La Première ministre, qui a «  renforcé les divisions au sein de son parti plutôt que de les résoudre », doit désormais « faire preuve d’humilité et en appeler à ses opposants  » pour éviter un « no deal ». Le journal de centre gauche appelle les parlementaires à « innover » et à « coopérer » pour «  prendre le contrôle du Brexit » et Theresa May et Jeremy Corbyn « à ne pas se mettre sur leur passage ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite