Elise Mertens, avant son 2e tour à l’Open d’Australie: «Je sais ce que je dois améliorer»

©Photonews
©Photonews

Elise Mertens (WTA 14) aura un programme chargé jeudi à Melbourne, puisqu’elle fera aussi son entrée en lice en double avec la Bélarusse Aryna Sabalenka contre son ancienne partenaire, la Néerlandaise Demi Schuurs, et l’Américaine Bethanie Mattek-Sands. Mais c’est évidemment son simple qui retiendra l’attention, avec un deuxième tour dans la nouvelle 1573 Arena contre la Russe Margarita Gasparyan (WTA 91), 24 ans, lauréate de son premier titre WTA à Tashkent en 2018.

« Je ne la connais pas, vu que je n’ai encore jamais joué contre elle. Je n’aurais pas eu ce problème avec la Chinoise Zhu, que j’avais déjà rencontrée à Tianjin l’an dernier et battue en deux sets », a-t-elle souri. « Elle est assez grande et je m’attends donc à ce qu’elle serve bien. Le but est d’essayer d’avoir un maximum d’informations, de savoir par exemple où elle sert dans les moments importants, quels schémas tactiques elle adopte, etc. Je vais en parler avec David (NdlR : Taylor, le coach de Mertens). »

C’est qu’Elise Mertens, qui s’est entraînée avec l’Américaine Madison Brengle (WTA 88) mercredi à Melbourne Park, a envie de briller à nouveau aux antipodes après avoir atteint les demi-finales l’an dernier.

« Les premiers tours sont toujours difficiles. Il y avait de la tension, mais en fin de compte, j’ai bien géré la situation. Et je sais ce que je dois améliorer dans mon jeu. Mon coup droit doit être meilleur. Le service, ça allait, mais je dois jouer une bonne balle 3 derrière (NdlR : celle qui suit le retour de l’adversaire) pour prendre l’ascendant dans l’échange. Et continuer à venir au filet, car j’ai plutôt bien joué au filet. Je cherche toujours à produire mon meilleur niveau à chaque match », conclut-elle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite