Tout savoir sur l’immobilier en quelques clics

Cédric Van Meerbeeck
: «
Les outils de business intelligence combinent l’ensemble des données dans des tableaux de bord interactifs et de la cartographie qui donnent des tendances de marché ».
Cédric Van Meerbeeck : « Les outils de business intelligence combinent l’ensemble des données dans des tableaux de bord interactifs et de la cartographie qui donnent des tendances de marché ». - D.R.

Cédric Van Meerbeeck.
Cédric Van Meerbeeck. - D.R.

Le monde des Proptech bouge à une vitesse hallucinante. Cédric Van Meerbeeck, Head of Research Belgium & Luxembourg, Cushman & Wakefield, l’a rappelé lors d’une présentation récente faite à l’occasion d’un séminaire organisé par Proptech Lab. «  Nous avons screené en Europe plus de 250 sociétés en Proptech et nous en avons sélectionné une vingtaine avec lesquelles nous avons développé des partenariats stratégiques pour répondre à des questions spécifiques de clients. Et cela bouge continuellement. »

De nouvelles initiatives sont prises en termes de collectes de données, d’automatisations, d’intelligence artificielle, de visualisation 3D, de réalité augmentée, de chambres immersives. « Toutes ces technologies sont présentes dans l’immobilier, elles sont clairement en train de changer notre manière de travailler à tous les niveaux, constate C. Van Meerbeeck. Plutôt que de proposer des fichiers Excel et des présentations Powerpoint qui sont plutôt statiques et qui ne visent à répondre qu’à une question donnée, depuis deux ans et demi, nous avons opté pour des outils de “business intelligence”. Nous pouvons ainsi avoir une réflexion beaucoup plus “agile” et donner une réponse plus précise aux questions des clients. On a osé amener ces outils dans des comités d’investissement, à des séminaires pour présenter les tendances de marché et c’est là que nous nous différencions. Le retour de nos clients et des investisseurs est particulièrement positif. »

Se profiler davantage comme conseil que comme courtier

En quoi consistent exactement ces nouveaux outils ? Ils combinent l’ensemble des données dans des tableaux de bord interactifs et de la cartographie qui donnent des tendances de marché. Ces bases de données utilisent tant des sources internes de C&W qu’externes (Eurostat ou Oxford Economics notamment) pour arriver à rassembler, dans un seul logiciel et à un même endroit, des informations sur l’environnement économique, l’environnement socio-démographique, le marché de l’occupation, les grandes tendances en termes de take-up, le niveau de loyers, les taux de vacance, d’investissements, la géolocalisation de tous les projets à venir spéculatifs ou préloués. Et, poursuit Cédric Van Meerbeeck, très enthousiaste, « nous sommes capables de répondre à n’importe quelle question de nos clients. Ces logiciels nous permettent d’être beaucoup plus agiles et plus rapides dans la manière de répondre à des points précis. C’est une nouvelle manière de travailler. On n’est plus seulement courtier, on devient davantage conseil capable d’accompagner nos clients à tous les stades de leurs réflexions immobilières ».

Prenons l’exemple du marché du retail, un des secteurs dans lequel C & W est actif et qui est aujourd’hui fortement challengé. De nombreux détaillants se posent des questions : dans quelle zone devraient-ils s’installer compte tenu de la croissance démographique, du pouvoir d’achat, de la présence de concurrents… ? Grâce à différents outils, C & W peut leur donner une réponse en un temps record et cartographier les zones intéressantes de manière à leur permettre de prendre les bonnes décisions.

De nouvelles méthodes de travail, des profils plus pointus

La technologie est au coin de la rue mais l’expert aura toujours un rôle à jouer. « J’ai étudié l’économie puis j’ai travaillé pendant huit ans dans l’urbanisme et l’aménagement du territoire à la Région bruxelloise. Cela fait près de 7 ans que je suis chez C & W. Mon métier a changé radicalement en deux ans, il devient de plus en plus stratégique, ce qui me plaît beaucoup. »

L’immobilier était auparavant considéré comme un « people business », il l’est encore. « Mais je suis convaincu que grâce à l’évolution technologique, les “datas” deviennent un élément déterminant de notre métier », conclut C. Van Meerbeeck.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le port du masque est obligatoire sur la digue à Ostende.

    À Ostende, les touristes luttent contre la chaleur sans oublier le Covid (photos)

  2. 10880871-089

    Formation fédérale: prolongés, les préformateurs Magnette (PS) et De Wever (N-VA) sont priés d’accélérer

  3. Le Mardasson, connu dans le monde entier.

    Les dessous du patrimoine: ces villes qui vivent au rythme des batailles

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite