Tout savoir sur l’immobilier en quelques clics

Cédric Van Meerbeeck
: «
Les outils de business intelligence combinent l’ensemble des données dans des tableaux de bord interactifs et de la cartographie qui donnent des tendances de marché ».
Cédric Van Meerbeeck : « Les outils de business intelligence combinent l’ensemble des données dans des tableaux de bord interactifs et de la cartographie qui donnent des tendances de marché ». - D.R.

Cédric Van Meerbeeck.
Cédric Van Meerbeeck. - D.R.

Le monde des Proptech bouge à une vitesse hallucinante. Cédric Van Meerbeeck, Head of Research Belgium & Luxembourg, Cushman & Wakefield, l’a rappelé lors d’une présentation récente faite à l’occasion d’un séminaire organisé par Proptech Lab. «  Nous avons screené en Europe plus de 250 sociétés en Proptech et nous en avons sélectionné une vingtaine avec lesquelles nous avons développé des partenariats stratégiques pour répondre à des questions spécifiques de clients. Et cela bouge continuellement. »

De nouvelles initiatives sont prises en termes de collectes de données, d’automatisations, d’intelligence artificielle, de visualisation 3D, de réalité augmentée, de chambres immersives. « Toutes ces technologies sont présentes dans l’immobilier, elles sont clairement en train de changer notre manière de travailler à tous les niveaux, constate C. Van Meerbeeck. Plutôt que de proposer des fichiers Excel et des présentations Powerpoint qui sont plutôt statiques et qui ne visent à répondre qu’à une question donnée, depuis deux ans et demi, nous avons opté pour des outils de “business intelligence”. Nous pouvons ainsi avoir une réflexion beaucoup plus “agile” et donner une réponse plus précise aux questions des clients. On a osé amener ces outils dans des comités d’investissement, à des séminaires pour présenter les tendances de marché et c’est là que nous nous différencions. Le retour de nos clients et des investisseurs est particulièrement positif. »

Se profiler davantage comme conseil que comme courtier

En quoi consistent exactement ces nouveaux outils ? Ils combinent l’ensemble des données dans des tableaux de bord interactifs et de la cartographie qui donnent des tendances de marché. Ces bases de données utilisent tant des sources internes de C&W qu’externes (Eurostat ou Oxford Economics notamment) pour arriver à rassembler, dans un seul logiciel et à un même endroit, des informations sur l’environnement économique, l’environnement socio-démographique, le marché de l’occupation, les grandes tendances en termes de take-up, le niveau de loyers, les taux de vacance, d’investissements, la géolocalisation de tous les projets à venir spéculatifs ou préloués. Et, poursuit Cédric Van Meerbeeck, très enthousiaste, « nous sommes capables de répondre à n’importe quelle question de nos clients. Ces logiciels nous permettent d’être beaucoup plus agiles et plus rapides dans la manière de répondre à des points précis. C’est une nouvelle manière de travailler. On n’est plus seulement courtier, on devient davantage conseil capable d’accompagner nos clients à tous les stades de leurs réflexions immobilières ».

Prenons l’exemple du marché du retail, un des secteurs dans lequel C & W est actif et qui est aujourd’hui fortement challengé. De nombreux détaillants se posent des questions : dans quelle zone devraient-ils s’installer compte tenu de la croissance démographique, du pouvoir d’achat, de la présence de concurrents… ? Grâce à différents outils, C & W peut leur donner une réponse en un temps record et cartographier les zones intéressantes de manière à leur permettre de prendre les bonnes décisions.

De nouvelles méthodes de travail, des profils plus pointus

La technologie est au coin de la rue mais l’expert aura toujours un rôle à jouer. « J’ai étudié l’économie puis j’ai travaillé pendant huit ans dans l’urbanisme et l’aménagement du territoire à la Région bruxelloise. Cela fait près de 7 ans que je suis chez C & W. Mon métier a changé radicalement en deux ans, il devient de plus en plus stratégique, ce qui me plaît beaucoup. »

L’immobilier était auparavant considéré comme un « people business », il l’est encore. « Mais je suis convaincu que grâce à l’évolution technologique, les “datas” deviennent un élément déterminant de notre métier », conclut C. Van Meerbeeck.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Alexander De Croo lors de la conférence de presse.

    Coronavirus: le pari d’un reconfinement modéré et progressif

  2. shutterstock_1680226144

    Symptômes, contacts, tests, quarantaine…: le guide pour y voir plus clair

  3. d-20201016-GJFLP9 2020-10-16 14:15:30

    Comité de concertation: les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus annoncées

La chronique
  • Fiat Lux!

    Cette semaine, la lumière qui éblouit nous vient de Wallonie. Il suffit de deux hommes modestes, résolus et talentueux pour changer la donne. Cette région vouée aux gémonies resplendit grâce aux frères Dardenne, fêtés le week-end dernier à Lyon.

    Faire des films, une occupation futile ? Peut-être. Mais « Rosetta », cette jeune chômeuse sans futur a porté la Belgique au sommet, dans le monde entier.

    Dans notre petit pays il s’en est trouvé pour faire la fine bouche devant leurs Palmes d’Or et autres récompenses prestigieuses. Comme le relevait Philippe Geluck : « Il y a un proverbe bruxellois qui dit que le clou qui dépasse appelle le marteau ». Chez nous, on se méfie du sommet des vagues alors qu’ailleurs, le clou qui dépasse, c’est un diamant.

    Dans la plupart des pays du monde, tout repose sur un homme, une femme, une idée, une image. En Belgique, Modeste n’existe pas sans Pompon. Les choses essentielles ne fonctionnent que par deux.

    Tintin...

    Lire la suite

  • Edito: et si vous vous mettiez spontanément au ralenti pour minimum 15 jours?

    L’admission de Sophie Wilmès, l’ex-Première ministre, aux soins intensifs a fait l’effet d’un choc ce jeudi. Le symbole soudain de l’universalité de ce virus qui frappe partout et tout le monde. Que celle qui a mené, si souvent seule, le combat contre le covid soit à son tour touchée ramène à la dimension très humaine de cette lutte qui se mène au final entre soi et la maladie. C’est une alerte supplémentaire sur la gravité de ce que nous traversons et la nécessité de faire, là où nous sommes, tout ce que nous pouvons pour éviter ces...

    Lire la suite