Les camps de mouvements de jeunesse sont interdits cet été dans les zones infectées par la peste porcine

© Roger Milutin, Le Soir
© Roger Milutin, Le Soir

Certains camps de mouvements de jeunesse ne pourront pas avoir lieu cet été dans le sud de la province de Luxembourg en raison de la peste porcine africaine, a annoncé mercredi le gouverneur de la province, Olivier Schmitz. Celui-ci vient de prendre un arrêté qui restera en vigueur jusqu’au 16 septembre.

Le texte a été présenté mercredi en présence du ministre wallon de la Nature et de la Forêt, René Collin. Il est calqué sur les trois zones définies par la Région wallonne pour lutter contre la peste porcine africaine : zone noyau où le virus a été découvert, zone tampon et zone d’observation renforcée.

Plusieurs zones sont définies

Dans la zone noyau, tout camp, qu’il soit prévu en prairie ou dans des bâtiments, est interdit. Dans les zones tampon et d’observation renforcée, les camps sont interdits en principe. Mais des demandes de dérogation peuvent être introduites par le locataire ou le propriétaire auprès du gouverneur d’ici au 28 février. Une décision sera alors prise dans les 30 jours par le gouverneur en tenant compte des spécificités du camp (en extérieur ou pas, tranche d’âge des participants…), après avis du DNF, du bourgmestre de la commune concernée, de la zone de secours du Luxembourg et de la fédération du mouvement de jeunesse concernée.

«  Seulement 15 % de la province de Luxembourg sont concernés par les mesures suite à la peste porcine africaine, il y a donc peut-être des endroits ailleurs qui peuvent encore accueillir des camps », a avancé M. Schmitz. L’ASBL Atouts-Camps, dont l’un des rôles est de lister les endroits de camps en Wallonie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous