Accueil Monde Union européenne

Brexit: à Londres, les partisans du «no deal» jubilent

Chantre du courant eurosceptique, l’économiste Ruth Lea se réjouit du vote de la Chambre des Communes, mardi soir. Et détaille ses arguments à l’appui d’une sortie brutale du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis Londres,

A llons-y sans solution  ». La voix est bien posée, seuls les yeux brillants à peine humides disent l’émotion mal contenue. Ruth Lea irradie littéralement de plaisir. Après le rejet massif, le 15 janvier, par la Chambre des Communes de l’accord sur le Brexit signé entre Londres et Bruxelles, l’économiste la plus en vue du courant eurosceptique est persuadée que les Britanniques vont mettre leur montre à l’heure du « no deal », le retrait brutal du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, mercredi 16 janvier 2019, 20:05

    De toute façon, nous savons tous qui paiera la note de cette volonté ultralibérale: les plus pauvres, les plus faibles, les moins productifs ...pas Mme La ni Mr Boris Johnson et eux, ils le savent aussi.

  • Posté par Francart Eric, mercredi 16 janvier 2019, 19:15

    Je trouve amusant que l'on accuse l'UE d'intransigeance dans les négociations... Ces "braves" gens semblent oublier que c'est la Grande-Bretagne qui a demandé à sortir de l'UE et non l'UE qui les en a chassé. En cas de brouillard, les britanniques ont l'habitude de dire "le continent est isolé". La nostalgie de l'Empire Britannique n'est pas morte... mais l'Angleterre a-t-elle encore la splendeur d'antan ?

  • Posté par Steens Frédéric, mercredi 16 janvier 2019, 19:11

    Le processus de réunification de l'Irlande est inexorablement en marche...reste à voir quel en sera le prix, en espérant ne pas revivre un nouveau Bloody Sunday si bien chanté par U2...

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 16 janvier 2019, 18:50

    J'espère bien qu'en cas de Brexit dur, cela coûtera au Royaume Uni, l'Irlande du Nord (au prix probable de nouveaux affrontements sanglants) et l'Ecosse, ne restant alors que l'Angleterre et le Pays de Galles.

  • Posté par Francart Eric, mercredi 16 janvier 2019, 19:18

    Oups ! Le "S" est resté coincé dans le clavier...

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs