Explosion à Paris: six immeubles menacent de s’effondrer

Explosion à Paris: six immeubles menacent de s’effondrer

Six immeubles dans le centre de Paris sont menacés d’effondrement après une violente explosion survenue samedi matin, et trois autres sont également inhabitables jusqu’à nouvel ordre, selon un arrêté signé mercredi par la maire de Paris, et dont l’AFP a pris connaissance.

>Explosion à Paris : déjà plus de 205 000 euros récoltés pour les familles des pompiers décédés

Le risque d’effondrement n’existe pas « à court terme », selon une source proche de la mairie, mais pour l’écarter totalement, les six immeubles – dont celui où s’est produit l’explosion et trois hôtels, situés rue Trévise ou rue Sainte-Cécile, dans le IXe arrondissement – nécessitent des « travaux très lourds de remise en état ».

Ces travaux « pourront prendre de nombreux mois », selon la mairie de Paris, qui s’appuie sur les conclusions de l’expertise menée par des architectes de la préfecture de police.

Pour la soixantaine d’habitants de ces logements, « nous ne savons pas encore si et quand ces immeubles pourront être réintégrés », a prévenu l’adjoint au Logement à la mairie de Paris, Ian Brossat.

En outre, trois immeubles situés à proximité du lieu de l’explosion – rue Montyon et rue Sainte-Cécile – sont également inaccessibles « le temps de pallier les risques d’effondrement » des premiers immeubles, selon l’arrêté d’interdiction d’occuper signé par la maire de Paris (PS), Anne Hidalgo.

Pour ces quelque quarante habitants, « il faut dans un premier temps que des travaux de consolidation soient réalisés », a ajouté M. Brossat, précisant qu’ils débuteraient mardi.

Enfin, quatre autres immeubles – rues Trévise, Bergère et Montyon – vont « rester temporairement inoccupés », le temps de retirer l’eau accumulée et de remettre l’électricité dans les parties communes.

Les habitants de ces bâtiments peuvent récupérer leurs affaires, sur présentation d’une pièce d’identité et accompagnés par la police.

>Vitres explosées, visage en sang: les rescapés de l’explosion à Paris racontent «le carnage»

Relogement

La mairie de Paris s’engage à ce qu’une «  solution adaptée soit proposée à chacun de la centaine d’habitants concernée : soit en logement social – pour ceux qui sont en dessous des plafonds de ressources –, soit en logement privé – foncières, agences immobilières- », a déclaré à l’AFP M. Brossat.

Une réunion avec les habitants sinistrés s’est tenue mercredi soir. Pour les situations les plus longues, « les conditions de relogement dépendront des situations des uns et des autres », a-t-il ajouté.

La violente explosion survenue samedi matin, et qui serait due à une fuite de gaz, a fait quatre morts et 66 blessés, selon un dernier bilan fourni mercredi.

« Une cellule d’aide pour accompagner les victimes » est par ailleurs maintenue et, depuis samedi, « plus de 450 personnes ont été reçues », selon un bilan fourni mardi soir par la mairie de Paris.

L’«  accompagnement juridique et psychologique » se poursuit et le numéro vert reste « disponible au 08 05 20 04 50 ».

Quatre jours après cet accident rarissime, la violence de l’explosion se devinait toujours à la vue des carcasses de voitures et vitrines des commerces ravagées dans la rue de Trévise.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite