Accueil Société

Asile: le défi du parrainage

Un projet, mené par les communautés religieuses, a permis de faire venir en Belgique 150 Syriens réfugiés au Liban et en Turquie. Sans que l’Etat ne dépense un centime. Loué pour sa plus-value en matière d’intégration, le système de parrainage privé suscite un intérêt croissant.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 7 min

Yared et Olfad sont restés en Syrie aussi longtemps qu’ils ont pu. À Homs d’abord, puis Al-Qaryatayn et Fairuzah, à mesure que la guerre les chassait d’un endroit à l’autre. Et puis en 2017, ils ont passé la frontière.

Au Liban aussi le couple bouge,« tous les deux mois ». Yared, qui conduisait des engins dans une usine de phosphate à Homs, enchaîne les petits boulots au noir – les Syriens n’ont pas droit à un permis de travail – qu’il égrène aujourd’hui amusé : mécanicien, chauffeur, concierge, ouvrier, peintre… Des conditions de vie « très difficiles », « un cauchemar, à tout point de vue  », raconte l’homme de 39 ans. C’est par le biais du prêtre de leur village d’origine que le couple chrétien entend parler du programme de Sant Egidio. Cette communauté catholique a créé un ambitieux projet de couloirs humanitaires pour envoyer les personnes en Italie, en France et en Belgique. Ils s’inscrivent.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs