Suppression d’emplois chez NLMK: la direction précise que le site de Clabecq perd 50 millions d’euros par an

Suppression d’emplois chez NLMK: la direction précise que le site de Clabecq perd 50 millions d’euros par an

Dans la foulée du conseil d’entreprise extraordinaire convoqué jeudi matin sur le site de NLMK Clabecq, la direction a confirmé devant la presse son intention de réduire l’emploi de 50 % à Clabecq et de développer un plan industriel pour se concentrer sur la fabrication des tôles fines à haute valeur ajoutée qui constituent la spécificité de l’usine.

>NLMK Clabecq tente d’éviter la fermeture, assure l’entreprise

L’intention est donc de se séparer de 290 travailleurs, pour que le site redevienne rentable à l’horizon 2022. Actuellement, a précisé le CEO de NLMK International Ben De Vos, le site de Clabecq accuse une perte annuelle de 50 millions d’euros.

« Nous sommes conscients que ces mesures sont douloureuses, mais elles sont nécessaires et indispensables pour l’avenir. Le marché est très compétitif, il y a aujourd’hui une surproduction au niveau mondial pour les plaques, et une augmentation des mesures protectionnistes en dehors de l’Europe, notamment aux États-Unis qui constituent un marché important pour Clabecq », a précisé Ben De Vos.

Investissements

La direction a confirmé que plusieurs options ont été examinées pour l’avenir du site de Clabecq, dont une fermeture pure et simple alors que le site a bénéficié de 20 millions d’investissements dans les quatre dernières années.

Finalement, un plan industriel en plusieurs axes (concentration sur la spécialité du site, optimisation de l’organisation du travail, augmentation du niveau de polyvalence du personnel, investissements pour les produits de niche, culture axée sur la performance) a été approuvé pour diminuer les coûts et ensuite retrouver la rentabilité en 2022.

« Clabecq a des atouts mais il est trop coûteux aujourd’hui. Nous devons retrouver la rentabilité et nous sommes confiants dans le plan qui a été présenté aujourd’hui pour cela », a encore indiqué Ben De Vos.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite