Les images de la visite de Nemmouche au Musée juif, la veille de l’attentat

Le 23 mai, veille de l’attentat, un homme vêtu d’un costume sombre, portant des lunettes de soleil et une cravate rayée, pénètre en effet dans le couloir d’accès au Musée juif.
Le 23 mai, veille de l’attentat, un homme vêtu d’un costume sombre, portant des lunettes de soleil et une cravate rayée, pénètre en effet dans le couloir d’accès au Musée juif. - D.R.

Le 23 mai, veille de l’attentat, un homme vêtu d’un costume sombre, portant des lunettes de soleil et une cravate rayée, pénètre en effet dans le couloir d’accès au Musée juif. Il entre dans le bureau d’accueil tout en retirant ses lunettes, selon les images que nous publions. Il se retrouve face à Alexandre Strens qui est assis au bureau qu’occupera le lendemain sa collègue Dominique Sabrier au moment d’être abattue par le terroriste.

La veille de l’attentat du Musée juif, Nemmouche parle avec Alexandre Strens

Cet « homme au costume » c’est Medhi Nemmouche. Les enquêteurs en sont certains. Il porte les mêmes chaussures que le tueur du 24 mai : des Calvin Klein de taille 41, identiques à celles que Nemmouche portait lors de son arrestation le 30 mai à Marseille. Le costume sombre que portait le visiteur du 23 mai et Nemmouche lors de son arrestation à Marseille sont également identiques. Les deux portaient en outre une cravate rayée similaire.

► Ces preuves, désormais présentées à la cour d’assises n’ont bien failli jamais être visionnées. Leur histoire est à lire sur Le Soir+.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite