Enquête sur un trafic de visas humanitaires: De Block ne retirera pas leur visa aux personnes qui ont payé

Enquête sur un trafic de visas humanitaires: De Block ne retirera pas leur visa aux personnes qui ont payé

Les chrétiens de Syrie qui ont payé en échange d’un visa humanitaire ne perdront pas leur titre de séjour, a assuré jeudi la ministre en charge de l’Asile, Maggie De Block, devant la Chambre. Leur demande d’asile sera également traitée au même titre que les autres.

>Enquête sur un trafic de visas humanitaires: Melikan Kucam nie toute implication, mais affirme avoir averti le cabinet Francken

«Ces personnes sont pour moi d’abord des victimes et je ne compte pas sanctionner des personnes victimes de délits commis par d’autres», a-t-elle souligné en réponse à de nombreuses questions.

>Un conseiller communal N-VA de Malines arrêté dans une affaire de trafic d’êtres humains

Une enquête administrative a été demandée pour faire la lumière dans ce dossier, parallèlement aux poursuites judiciaires en cours.

Selon les premiers chiffres reçus de l’Office des étrangers, 600 personnes sont arrivées en Belgique par ce biais, dont 200 par l’intermédiaire de Kucam Melikan, le conseiller communal N-VA de Malines soupçonné de trafic d’êtres humains.

>Enquête sur un trafic de visas humanitaires: «Francken n’a-t-il pas vu ou n’a-t-il pas voulu voir?», demande le MR

A entendre la ministre, les intermédiaires véreux ne manqueraient pas. «Dès mon entrée en fonction en tant que ministre de l’Asile et de la Migration, j’ai immédiatement fermé la porte aux personnes louches. On a tout de suite su qu’il ne fallait pas venir chez moi pour de telles affaires», a-t-elle déclaré

Tour à tour, au fil des questions, les députés ont pointé du doigt la N-VA et l’emblématique Theo Frackenn prédécesseur de Mme De Block. Pour certains d’entre eux, il ne fait plus de doute que la N-VA a préféré quitter le gouvernement fédéral et provoquer sa chute sur le Pacte de la migration pour éviter de subir les affres d’une démission de M. Francken à cause de cette affaire. La N-VA est restée muette.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite