Enquête sur un trafic de visas humanitaires: De Block ne retirera pas leur visa aux personnes qui ont payé

Enquête sur un trafic de visas humanitaires: De Block ne retirera pas leur visa aux personnes qui ont payé

Les chrétiens de Syrie qui ont payé en échange d’un visa humanitaire ne perdront pas leur titre de séjour, a assuré jeudi la ministre en charge de l’Asile, Maggie De Block, devant la Chambre. Leur demande d’asile sera également traitée au même titre que les autres.

>Enquête sur un trafic de visas humanitaires: Melikan Kucam nie toute implication, mais affirme avoir averti le cabinet Francken

«Ces personnes sont pour moi d’abord des victimes et je ne compte pas sanctionner des personnes victimes de délits commis par d’autres», a-t-elle souligné en réponse à de nombreuses questions.

>Un conseiller communal N-VA de Malines arrêté dans une affaire de trafic d’êtres humains

Une enquête administrative a été demandée pour faire la lumière dans ce dossier, parallèlement aux poursuites judiciaires en cours.

Selon les premiers chiffres reçus de l’Office des étrangers, 600 personnes sont arrivées en Belgique par ce biais, dont 200 par l’intermédiaire de Kucam Melikan, le conseiller communal N-VA de Malines soupçonné de trafic d’êtres humains.

>Enquête sur un trafic de visas humanitaires: «Francken n’a-t-il pas vu ou n’a-t-il pas voulu voir?», demande le MR

A entendre la ministre, les intermédiaires véreux ne manqueraient pas. «Dès mon entrée en fonction en tant que ministre de l’Asile et de la Migration, j’ai immédiatement fermé la porte aux personnes louches. On a tout de suite su qu’il ne fallait pas venir chez moi pour de telles affaires», a-t-elle déclaré

Tour à tour, au fil des questions, les députés ont pointé du doigt la N-VA et l’emblématique Theo Frackenn prédécesseur de Mme De Block. Pour certains d’entre eux, il ne fait plus de doute que la N-VA a préféré quitter le gouvernement fédéral et provoquer sa chute sur le Pacte de la migration pour éviter de subir les affres d’une démission de M. Francken à cause de cette affaire. La N-VA est restée muette.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Les filles et les mecs à égalité devant le climat

  2. Les grains de sable ont commencé à gripper la mécanique de Félix Tshisekedi.

    Pour Félix Tshisekedi, l’état de grâce est déjà terminé

  3. Des employés de Goods to give trient les produits qu’ils viennent de réceptionner d’entreprises.

    La TVA sur les dons d’invendus non alimentaires bientôt supprimée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite