En 2018, il y a eu 12.550 nouvelles déclarations anticipées d’euthanasie

En 2018, il y a eu 12.550 nouvelles déclarations anticipées d’euthanasie

Les communes belges ont enregistré en 2018 12.550 nouvelles déclarations anticipées d’euthanasie. Ce chiffre est stable puisqu’on en avait fait 12.351 et 12.426 les deux années précédentes, ressort-il des données fournies par le SPF Santé publique. Le nombre de déclarations revues, confirmées et retirées est par contre en forte hausse.

>L’experte: «Le risque terrible, c’est d’euthanasier alors que la situation peut se rétablir»

Depuis septembre 2008, la loi permet à une personne de faire enregistrer une déclaration anticipée de demande d’euthanasie dans l’hypothèse où elle serait incapable d’exprimer sa demande car inconsciente de manière irréversible.

>Chiffres records pour l’euthanasie

Par ailleurs, l’an dernier, 3.495 personnes ont revu leur demande, par exemple, pour y mentionner une autre personne de confiance. Ce chiffre est en progression sensible par rapport aux années précédentes (2.851 en 2017 et 2.540 en 2016). Le nombre de confirmations -obligatoire tous les 5 ans-, 7.372 en 2018, est lui aussi en forte augmentation (5.313 en 2017 et 4.713 en 2016), tout comme celui des retraits (72 en 2018, 38 en 2017 et 60 en 2016).

Le nombre total de dossiers s’élève à 23.489, approchant celui, record, atteint en 2014 (24.360 dossiers).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite