Thorgan Hazard: «On m’a toujours dit que j’étais plus leader qu’Eden» (vidéos)

©Photonews
©Photonews

Thorgan Hazard s’est confié dans un entretien à Eleven Sports à l’occasion du stage du Borussia Mönchengladbach en Espagne. Le milieu de terrain est notamment revenu sur le parcours des Diables rouges à la Coupe du monde.

« On a l’impression qu’on aurait pu le gagner ce Mondial, mais on n’a rien à se reprocher », explique Hazard. « Il y avait un peu de ‘seum’ au début, c’est normal, le football c’est comme ça. »

Ce Mondial était particulier pour Thorgan puisqu’il l’a partagé avec son frère aîné Eden qui a été « monstrueux » en Russie. Récemment, le joueur de Chelsea avait expliqué ne pas vraiment se sentir leader, même s’il porte le brassard de capitaine en équipe nationale. « Je pense que c’est un leader, mais à sa façon », commente le milieu de Gladbach. « Il n’est pas comme Vincent Kompany, il a un autre type de leadership. Il prend ses responsabilités sur le terrain et montre l’exemple. »

Thorgan se voit-il lui-même comme un potentiel leader ? « Je ne sais pas. On m’a toujours dit que j’étais plus leader qu’Eden, mais on est différent. Pour l’instant, je ne pense pas être un leader dans l’équipe nationale. Mais on ne sait jamais ce qu’il peut arriver dans le futur. Pourquoi pas un jour. »

« J’ai franchi un cap »

En club, Thorgan Hazard présente de très belles statistiques à mi-saison en Bundesliga. Le Belge du Borussia Mönchengladbach a inscrit 9 buts et offert 6 assists.

« Au niveau de la finition, j’ai franchi un cap », estime-t-il. « Avant, il me fallait 3 ou 4 occasions pour marquer un but. Maintenant, même avec un ballon un peu ‘bizarre’ je parviens à marquer un goal. » Le plus bel exemple est son but en pleine lucarne contre Hannovre. « C’est mon plus beau cette saison. Je n’ai pas hésité. Maintenant, quand je reçois un ballon comme ça, je vais tirer, même sur mon mauvais pied. »

Quant à son geste le plus « naze », aucune hésitation non plus : « La panenka ratée face à Nuremberg. La ‘panna cotta’, comme je l’ai surnommée. Je me suis fait un peu charrier, mais ça fait partie du jeu. »

Ses performances en Bundesliga attirent forcément les regards d’autres grands clubs européens. « C’est vrai que je vois mon nom un peu partout en ce moment », concède le milieu de terrain. « Mais comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas envie de parler de transfert avant la fin de la saison. C’est certain que je ne partirai pas cet hiver. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20040223-WHFHTU_high-1

    Et si vous pensiez à démolir avant d’acheter une maison?

  2. La Foire du livre est toujours une occasion de rencontres et de découvertes.

    Gunzig, Leroy et Bofane font leur «Retour en Flandre»

  3. Wietse Van Ransbeek, cofondateur de CitizenLab, est considéré comme un des entrepreneurs européens les plus prometteurs. © Pierre-Yves Thienpont | Le Soir

    CitizenLab, une start-up au service des «nouvelles démocraties»

Chroniques
  • Les conquérants du nouveau monde

    On nous répète sans cesse que nous sommes passés dans le « nouveau monde ». Adieu, l’ancien. Tout va changer. Cette semaine, un incident illustre la différence entre les deux mondes. Dans l’ancien monde, lorsque vous confiiez vos économies à une banque, elle vous payait des intérêts. Maintenant, c’est vous qui payez pour récupérer votre argent.

    Dans l’ancien monde, votre femme préparait la viande de mammouth que vous aviez ramenée à la caverne. Dans le nouveau, vous partagez avec votre copine les graines que vous avez récoltées dans votre jardin.

    Barack Obama, voilà, paraît-il, un personnage de l’ancien monde. Le nouveau, c’est Donald Trump. Vous saisissez comment le nouveau monde a permis à l’humanité de faire un grand pas vers la civilisation et de s’éloigner de la barbarie ?

    Jadis, nos parents avaient aussi cherché à distinguer leur ancien monde du nouveau. L’ancien, c’était Fred Astaire, le nouveau, Gene Kelly. L’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite