Tour Down Under: Daryl Impey devance Patrick Bevin dans la 4e étape où Thomas De Gendt s’est montré (vidéo)

Photo News
Photo News

Il s’est montré le plus rapide au sprint des vingt échappés. Il a devancé sur la ligne le Néo-Zélandais Patrick Bevin (CCC), qui conserve la tête du classement général. L’Espagnol Luis Leon Sanchez (Astana) a complété le podium.

Cette quatrième étape a été le théâtre du premier grand raid de Thomas De Gendt de l’année. Le roi de l’échappée de l’équipe Lotto Soudal a été rejoint par le Français Benoît Cosnefroy, l’Autrichien Hermann Pernsteiner, l’Allemand Jasha Sütterlin et les Australiens Miles Scotson et Nicholas White. Avec 26 degrés et même un peu de pluie, les conditions météorologiques du jour étaient beaucoup plus supportables que les journées caniculaires précédentes.

Après environ 50 des 129 kilomètres à parcourir, l’avance avait dépassé les cinq minutes et les équipiers de Bevin dans le peloton ont été épaulés par ceux de Luis Leon Sanchez (Astana) et Impey qui ont augmenté le rythme.

Dans la montée de la Corkscrew Road, la côte décisive de première catégorie longue de 2,3 km, les derniers échappés – Pernsteiner et Scotson – ont été repris par le Team Sky qui travaillait pour le Néerlandais Wout Poels. Celui-ci a été le premier ténor à attaquer. Le Néo-Zélandais George Bennett, l’Australien Richie Porte et le Canadien Michael Woods se sont joints à lui. Dans une descente vertigineuse, seize autres coureurs ont pu revenir grâce au travail de Lucas Hamilton, un coéquipier d’Impey.

Le Sud-Africain l’a remercié avec la victoire d’étape. Il a rapidement pris la mesure de Bevin et Sanchez, qui avaient lancé le sprint. Peter Sagan ne faisait pas partie du groupe d’échappés où Dries Devenyns était le seul Belge. Le coureur de Deceuninck-Quick Step a dû se contenter de la 11e place à l’arrivée.

A deux étapes de l’arrivée, Bevin a conforté sa place de leader du classement général. Il possède 7 secondes d’avance sur son poursuivant le plus proche, Impey, vainqueur final l’an dernier. Sanchez est troisième à 11 secondes, Devenyns est 12e à 21 secondes. L’étape de samedi, Glenelg-Strathalbyn (149,5 km), devrait favoriser les sprinters. Dimanche, la dernière étape, longue de 151,5 km, reliera McLaren Vale au sommet de Willunga Hill.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite