Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»

Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»
Photo News

«  Je veux continuer à avancer fort », a-t-elle confié à un journaliste australien après son deuxième tour. Elise Mertens (WTA 14) va également tâcher de se hisser en huitième de finale ce samedi à l’Open d’Australie. Sur le court, la Limbourgeoise, 23 ans, demi-finaliste l’an dernier, rencontrera l’Américaine Madison Keys (WTA 17), 23 ans également, demi-finaliste à Roland Garros et à l’US Open l’an dernier.

«  David (Taylor), mon coach, la connaît très bien. J’espère donc qu’il va pouvoir m’aider », a-t-elle souri, faisant référence au fait que l’Australien s’était occupé de Madison Keys avant de devenir son coach, en octobre 2018. «  Elle sert très bien et frappe très fort en coup droit. Cela fait un an et demi que je ne l’ai plus rencontrée (NdlR : à l’US Open 2017, où elle s’était inclinée 6-3, 7-6 au premier tour avant que l’Américaine n’atteigne la finale). Elle joue toujours très bien en Grand Chelem. Je devrai à la fois être agressive et très bien défendre pour la forcer à jouer une balle de plus et la pousser à la faute. »

Elise Mertens, qui a gagné en double vendredi en compagnie de la Biélarusse Aryna Sabalenka, ne partira sans doute pas favorite contre Madison Keys. Mais elle ne l’était pas l’an dernier non plus à Melbourne lors de son formidable parcours qui la mena jusqu’en demi-finales.

«  Cela va devenir de plus en plus difficile », a-t-elle reconnu, «  mais le stress est parti avec cette victoire au premier tour. Et je prends comme une chose positive le fait d’avoir pu renverser la situation dans le deuxième set contre Schmiedlova et Gasparyan. Cela donne confiance. J’ai beaucoup d’énergie. Ce n’est pas fini », a ajouté la N.1 belge, qui peut également compter sur le soutien de Kim Clijsters, présente avec sa famille à Melbourne. «  C’est très sympa de l’entendre quand je suis sur le court, de voir qu’elle est là pour moi et qu’elle me soutient.  ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite