Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»

Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»
Photo News

«  Je veux continuer à avancer fort », a-t-elle confié à un journaliste australien après son deuxième tour. Elise Mertens (WTA 14) va également tâcher de se hisser en huitième de finale ce samedi à l’Open d’Australie. Sur le court, la Limbourgeoise, 23 ans, demi-finaliste l’an dernier, rencontrera l’Américaine Madison Keys (WTA 17), 23 ans également, demi-finaliste à Roland Garros et à l’US Open l’an dernier.

«  David (Taylor), mon coach, la connaît très bien. J’espère donc qu’il va pouvoir m’aider », a-t-elle souri, faisant référence au fait que l’Australien s’était occupé de Madison Keys avant de devenir son coach, en octobre 2018. «  Elle sert très bien et frappe très fort en coup droit. Cela fait un an et demi que je ne l’ai plus rencontrée (NdlR : à l’US Open 2017, où elle s’était inclinée 6-3, 7-6 au premier tour avant que l’Américaine n’atteigne la finale). Elle joue toujours très bien en Grand Chelem. Je devrai à la fois être agressive et très bien défendre pour la forcer à jouer une balle de plus et la pousser à la faute. »

Elise Mertens, qui a gagné en double vendredi en compagnie de la Biélarusse Aryna Sabalenka, ne partira sans doute pas favorite contre Madison Keys. Mais elle ne l’était pas l’an dernier non plus à Melbourne lors de son formidable parcours qui la mena jusqu’en demi-finales.

«  Cela va devenir de plus en plus difficile », a-t-elle reconnu, «  mais le stress est parti avec cette victoire au premier tour. Et je prends comme une chose positive le fait d’avoir pu renverser la situation dans le deuxième set contre Schmiedlova et Gasparyan. Cela donne confiance. J’ai beaucoup d’énergie. Ce n’est pas fini », a ajouté la N.1 belge, qui peut également compter sur le soutien de Kim Clijsters, présente avec sa famille à Melbourne. «  C’est très sympa de l’entendre quand je suis sur le court, de voir qu’elle est là pour moi et qu’elle me soutient.  ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite