Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»

Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»
Photo News

«  Je veux continuer à avancer fort », a-t-elle confié à un journaliste australien après son deuxième tour. Elise Mertens (WTA 14) va également tâcher de se hisser en huitième de finale ce samedi à l’Open d’Australie. Sur le court, la Limbourgeoise, 23 ans, demi-finaliste l’an dernier, rencontrera l’Américaine Madison Keys (WTA 17), 23 ans également, demi-finaliste à Roland Garros et à l’US Open l’an dernier.

«  David (Taylor), mon coach, la connaît très bien. J’espère donc qu’il va pouvoir m’aider », a-t-elle souri, faisant référence au fait que l’Australien s’était occupé de Madison Keys avant de devenir son coach, en octobre 2018. «  Elle sert très bien et frappe très fort en coup droit. Cela fait un an et demi que je ne l’ai plus rencontrée (NdlR : à l’US Open 2017, où elle s’était inclinée 6-3, 7-6 au premier tour avant que l’Américaine n’atteigne la finale). Elle joue toujours très bien en Grand Chelem. Je devrai à la fois être agressive et très bien défendre pour la forcer à jouer une balle de plus et la pousser à la faute. »

Elise Mertens, qui a gagné en double vendredi en compagnie de la Biélarusse Aryna Sabalenka, ne partira sans doute pas favorite contre Madison Keys. Mais elle ne l’était pas l’an dernier non plus à Melbourne lors de son formidable parcours qui la mena jusqu’en demi-finales.

«  Cela va devenir de plus en plus difficile », a-t-elle reconnu, «  mais le stress est parti avec cette victoire au premier tour. Et je prends comme une chose positive le fait d’avoir pu renverser la situation dans le deuxième set contre Schmiedlova et Gasparyan. Cela donne confiance. J’ai beaucoup d’énergie. Ce n’est pas fini », a ajouté la N.1 belge, qui peut également compter sur le soutien de Kim Clijsters, présente avec sa famille à Melbourne. «  C’est très sympa de l’entendre quand je suis sur le court, de voir qu’elle est là pour moi et qu’elle me soutient.  ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite