Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»

Elise Mertens défie Keys à l’Open d’Australie : «J’espère qu’avoir David Taylor comme coach va m’aider»
Photo News

«  Je veux continuer à avancer fort », a-t-elle confié à un journaliste australien après son deuxième tour. Elise Mertens (WTA 14) va également tâcher de se hisser en huitième de finale ce samedi à l’Open d’Australie. Sur le court, la Limbourgeoise, 23 ans, demi-finaliste l’an dernier, rencontrera l’Américaine Madison Keys (WTA 17), 23 ans également, demi-finaliste à Roland Garros et à l’US Open l’an dernier.

«  David (Taylor), mon coach, la connaît très bien. J’espère donc qu’il va pouvoir m’aider », a-t-elle souri, faisant référence au fait que l’Australien s’était occupé de Madison Keys avant de devenir son coach, en octobre 2018. «  Elle sert très bien et frappe très fort en coup droit. Cela fait un an et demi que je ne l’ai plus rencontrée (NdlR : à l’US Open 2017, où elle s’était inclinée 6-3, 7-6 au premier tour avant que l’Américaine n’atteigne la finale). Elle joue toujours très bien en Grand Chelem. Je devrai à la fois être agressive et très bien défendre pour la forcer à jouer une balle de plus et la pousser à la faute. »

Elise Mertens, qui a gagné en double vendredi en compagnie de la Biélarusse Aryna Sabalenka, ne partira sans doute pas favorite contre Madison Keys. Mais elle ne l’était pas l’an dernier non plus à Melbourne lors de son formidable parcours qui la mena jusqu’en demi-finales.

«  Cela va devenir de plus en plus difficile », a-t-elle reconnu, «  mais le stress est parti avec cette victoire au premier tour. Et je prends comme une chose positive le fait d’avoir pu renverser la situation dans le deuxième set contre Schmiedlova et Gasparyan. Cela donne confiance. J’ai beaucoup d’énergie. Ce n’est pas fini », a ajouté la N.1 belge, qui peut également compter sur le soutien de Kim Clijsters, présente avec sa famille à Melbourne. «  C’est très sympa de l’entendre quand je suis sur le court, de voir qu’elle est là pour moi et qu’elle me soutient.  ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PEOPLE-LAGERFELD_

    Décès de Lagerfeld: la quête du Saint Karl a pris fin

  2. Environ 80 tombes du cimetière juif de Quatzenheim, en Alsace ont été découvertes profanées mardi.

    Antisémitisme en France: «Les rassemblements, c’est bien mais est-ce que ce sera utile? Non»

  3. Pour un appartement, il faut débourser environ 210.000 euros.

    L’activité immobilière ralentit à Bruxelles mais les prix augmentent

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 19: et si nos animaux aussi se mettaient au défi?

    Par Louise Tessier

    Sous-produits d’animaux, additifs, sucres… Si notre alimentation est parfois remplie de produits douteux, les croquettes pour chiens et chats achetées dans les grandes surfaces cachent aussi de belles surprises. Selon une étude du vétérinaire belge Gérard Lippert, les chiens qui ne mangent que des aliments industriels vivent en moyenne trois ans de moins que les autres. Ah oui, quand même.

    Si je n’ai actuellement pas d’animaux à la maison, je me suis dis que le sujet valait tout de même le coup d’être abordé pour le million de ménages belges qui, eux, ont une boule de poils. En Belgique, la population estimée de chats est de 2,2 millions, et le nombre de chiens approche les 1,5 million selon les chiffres de 2013 ! Un sacré business pour l’industrie de la pet food.

    Face aux croquettes pleines d’ingrédients mystérieux, une nouvelle mode d’alimentation naturelle appelée BARF a fait surface. Par...

    Lire la suite

  • Charles Michel assume Charles Michel

    Personne ne pourra dire que Charles Michel s’est débiné, qu’il a laissé à d’autres le soin de porter le bilan de ce gouvernement si particulier et si controversé dans le camp francophone.

    Son parti ne devra pas assumer pour lui cette participation totalement minoritaire au fédéral. Ni d’avoir été le compagnon de route fidèle et enthousiaste (encore aujourd’hui) de la N-VA. C’est lui, Charles Michel, Premier ministre et président de parti, qui fera le « job ». L’opposition rêve de le mettre...

    Lire la suite