Cristiano Ronaldo attendu mardi à Madrid pour sa condamnation pour fraude fiscale

Cristiano Ronaldo attendu mardi à Madrid pour sa condamnation pour fraude fiscale
AFP

La star du football Cristiano Ronaldo devra se présenter mardi devant le tribunal de Madrid qui le condamnera à une lourde amende de 18,8 millions d’euros pour fraude fiscale, a indiqué vendredi un porte-parole de l’institution.

«La comparution par vidéoconférence (lui) ayant été refusée, il doit se présenter» mardi devant l’Audience provinciale, dans le nord de Madrid, à partir de 10h00, a indiqué le porte-parole du tribunal à l’AFP.

Le footballeur portugais sera condamné au paiement d’une amende de 18,8 millions d’euros, ainsi qu’à une peine de deux ans d’emprisonnement qu’il n’aura pas à purger. En Espagne, les peines jusqu’à deux ans de prison ne sont généralement pas appliquées aux personnes sans antécédent judiciaire.

Cette condamnation est le fruit d’un accord passé entre les avocats du joueur et le fisc espagnol. S’il n’avait pas été conclu, Ronaldo aurait pu être condamné à une amende bien plus lourde, de 28 millions d’euros, et une peine de trois ans et demi de prison qu’il aurait dû purger, selon le syndicat des experts du ministère des Finances, Gestha.

L’accord a permis de clore la procédure judiciaire ouverte contre la star de 33 ans pour avoir dissimulé au fisc des revenus sur ses droits à l’image générés en Espagne quand il jouait au Real Madrid.

Le quintuple ballon d’or, transféré durant l’été 2018 à la Juventus Turin, était accusé d’avoir utilisé un montage de sociétés basées à l’étranger - aux îles Vierges britanniques et en Irlande, où les taux d’imposition sont très bas - pour éviter de payer ses impôts en Espagne.

Les ennuis judiciaires ne sont pas pour autant terminés pour Ronaldo, après la réouverture en octobre aux Etats-Unis d’une enquête sur les accusations portées par une ancienne mannequin américaine, affirmant avoir été violée par le footballeur en 2009 à Las Vegas. Le joueur a nié «fermement» ces accusations.

Bien d’autres stars du foot ont eu de sérieux ennuis avec le fisc tel le grand rival de Ronaldo, l’Argentin Lionel Messi, condamné en 2016 pour fraude fiscale à une amende de deux millions d’euros et une peine de 21 mois d’incarcération, ensuite commuée en une amende supplémentaire de 252.000 euros.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des people

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite