Retards sur le rail : «Des perturbations exceptionnelles», selon Infrabel

Vendredi matin, à l’entame du service, deux trains se sont retrouvés bloqués à hauteur de Rixensart en direction de Namur. Ces contretemps ont eu « un effet boule neige, les trains en amont ont commencé à bouchonner avec un retard moyen entre une demi-heure et une heure dans les deux sens », explique Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. « Certains trains sont plus sensibles aux perturbations électriques. Il se fait que c’est ce genre de trains qui sont passés les premiers ce matin. Les problèmes sont dus à la fois un phénomène de givre exceptionnel pour ces lignes et au passage de trains sensibles qui se sont bloqués », spécifie le porte-parole.

► Pagaille sur le rail ce vendredi matin: jusqu’à une heure de retard

Dans plusieurs régions de Belgique, des mesures préventives sont prises pour éviter ce genre de problème. Des locomotives équipées de grattoirs ouvrent le service pour enlever le givre qui s’est accumulé pendant la nuit sur les caténaires. Avec le passage régulier des trains ensuite, le givre ne se réinstalle pas et les perturbations sont évitées.

Cas isolés

Infrabel se veut plutôt rassurant et parle pour l’instant de cas isolés. La présence de givre sur ces lignes est très rare. « Des mesures préventives sont prises sur certaines lignes en fonction des prévisions météorologiques, notamment en province de Luxembourg mais elles sont rarement nécessaires sur la ligne 161. Le réseau est trop vaste, c’est pour ça qu’on privilégie certaines zones plus à risque », explique Frédéric Sacré.

Une réunion est prévue dans les prochains jours au sein d’Infrabel pour éviter que ce type de perturbations ne se reproduise alors que les températures s'apprêtent à passer dans le négatif pour plusieurs jours. « Des leçons seront tirées de ces retards et nous seront encore plus attentifs », rassure le porte-parole d’Infrabel.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite