Accueil Culture

A la Villa Empain, Sarkis et Paradjanov nous emmènent en voyage

La Fondation Boghossian présente un envoûtant dialogue entre les œuvres du plasticien Sarkis et du cinéaste Paradjanov.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Ils sont deux. Sarkis et Paradjanov. Deux artistes d’origine arménienne rassemblés par la Fondation Boghossian. Le premier est un plasticien reconnu qui réussissait en 2015 à être l’artiste représentant officiellement la Turquie à la Biennale de Venise tout en participant à l’exposition collective du pavillon arménien. Un tour de force en cette année où l’on commémorait un génocide du peuple arménien toujours nié par les autorités turques. Un grand écart que revendique pleinement cet artiste né à Istanbul, vivant à Paris, mais possédant toujours la maison de sa mère en Arménie. «  On n’avancera que par l’ouverture et le dialogue, affirme celui qui se déclare persuadé qu’on ne réglera pas les problèmes avec les couteaux. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs