Gilets jaunes: le ministre français Castaner se dit sidéré par les accusations de violences policières

Gilets jaunes: le ministre français Castaner se dit sidéré par les accusations de violences policières

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, s’est dit vendredi « sidéré » par les accusations de violences policières commises lors de manifestations de gilets jaunes.

«  Quand j’entends certains responsables (.) prendre le parti des casseurs plutôt que celui de la sécurité, quand j’entends parler de brutalité inouïe et illégitime, je suis sidéré, et c’est le mot le plus poli que je trouve », a déclaré le ministre lors d’un discours au centre d’incendie et de secours de Tomblaine (Meurthe-et-Moselle), près de Nancy, où il présentait ses vœux aux forces de sécurité civile.

«  Les policiers et les gendarmes sont tous les jours et tous les samedis mobilisés et garantissent l’ordre et la sécurité », a-t-il souligné, ajoutant : «  Nous respecterons toujours le droit de manifester, mais jamais celui de détruire ».

Le ministre a salué le travail «  calme et assuré » des sapeurs-pompiers français «  pour venir en aide aux personnes blessées dans les troubles qui, chaque samedi, volent aux manifestants le droit de s’exprimer ».

«  Vous aussi, vous êtes chaque samedi sur le qui-vive pour secourir, sans regarder si la personne que vous aidez porte un gilet jaune, un uniforme ou pas, vous êtes là », a-t-il remercié, s’exprimant devant plusieurs dizaines de pompiers de Meurthe-et-Moselle.

M. Castaner a également rendu hommage aux sapeurs-pompiers Simon Cartannaz et Nathanaël Josselin, tués samedi dans l’explosion accidentelle d’une boulangerie à Paris. «  Leurs noms ont rejoint ceux des héros du quotidien morts pour avoir servi et sauvé », a souligné le ministre.

Il avait déposé auparavant une gerbe en hommage aux deux hommes et à Bertrand Pime, un autre pompier mort lors d’un incendie de brousse en Nouvelle-Calédonie, devant le nouvel Etat-Major du service départemental d’incendie et de secours de Meurthe-et-Moselle, qu’il a inauguré à Essey-lès-Nancy.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite