Football Leaks: le lanceur d’alerte arrêté collabore avec la justice française

La justice hongroise a 60 jours pour se prononcer sur la demande d’extradition du Portugal.
La justice hongroise a 60 jours pour se prononcer sur la demande d’extradition du Portugal. - D.R.

Rui Pinto, le jeune Portugais interpellé mercredi soir à Budapest, refuse d’être extradé vers le Portugal. Il collabore avec les justices française et suisse, a annoncé son avocat. En première instance, les magistrats hongrois ont accepté qu’il quitte la prison et soit placé sous surveillance électronique.

Avant son interpellation mercredi soir à Budapest, Rui Pinto, un lanceur d’alerte lié aux Football Leaks, avait accepté de coopérer avec le parquet national financier (PNF, l’autorité française chargée de traquer la grande délinquance financière), a expliqué un de ses conseils, William Bourdon, jeudi soir à l’AFP. « Rui Pinto collabore étroitement avec le bureau du procureur national financier en France », a précisé l’avocat. Une information qui a été confirmée par une autre source au Soir et à ses partenaires du réseau EIC (European Investigative Collaborations). Le PNF n’a, pour sa part, pas souhaité commenter.

Un dossier avait été ouvert par le PNF en décembre 2016 pour suspicion de « fraude fiscale aggravée », donnant ainsi suite aux premières révélations du Soir et de ses partenaires du réseau EIC. L’enquête visait notamment le milieu de terrain du PSG Angel Di Maria, elle s’est depuis lors soldée par un non-lieu, le joueur ayant mis fin à ses montages fiscaux avant de quitter l’Espagne pour la France. La justice française s’intéresse aussi aux joueurs Javier Pastore et Lucho Gonzalez, ce dernier étant suspecté d’avoir reçu au Panama l’argent versé par un de ses sponsors alors qu’il jouait à Marseille.

Me Bourdon a également annoncé au réseau EIC que son client, Rui Pinto, avait accepté de coopérer avec le procureur spécial helvétique Damian K. Graf, chargé depuis le 23 décembre 2018 d’investiguer sur les relations qu’entretenait un autre procureur suisse, Rinaldo Arnold, avec le président de la Fifa, Gianni Infantino. Damien K. Graf n’a pu être joint par le réseau EIC.

Bracelet électronique

Par ailleurs, une première audience s’est tenue ce vendredi matin à Budapest, son objet était l’extradition – volontaire ou non – de Rui Pinto. L’arrestation de ce dernier en Hongrie est en effet la conséquence d’un mandat d’arrêt européen de 11 pages lancé par les autorités portugaises, lesquelles le suspectent notamment de tentative d’extorsion de fonds (une prévention qui est contestée par Rui Pinto et son conseil), de vol de données et de violation de secrets. « Les magistrats ont demandé à Rui Pinto s’il acceptait de se soumettre à une procédure d’extradition simplifiée, ce qu’il a refusé, a expliqué Me Bourdon au réseau EIC. La justice hongroise a maintenant 60 jours pour décider si mon client doit être extradé vers le Portugal. Ce qui fera l’objet d’une prochaine audience, au cours de laquelle M. Pinto contestera la demande d’extradition lancée par les autorités portugaises. »

La fondation franco-américaine Signal Network, qui a pour objet la protection des lanceurs d’alerte, a quant à elle confirmé vendredi par communiqué qu’elle apportait tout son soutien au jeune Portugais, les révélations issues des Football Leaks étant d’un « grand intérêt public ». « Des investigations sur ces leaks ont été menées par des médias internationaux de premier plan (…) Aucun des articles publiés n’a été l’objet d’une plainte pour diffamation (…) Un grand nombre de révélations liées aux Football Leaks ont provoqué l’ouverture d’investigations judiciaires à travers l’Europe, en France, en Suisse, en Espagne et même aux Etats-Unis. » « Pour ces raisons, Rui Pinto mérite d’être soutenu par ceux qui ont pour mission de défendre la liberté de la presse et le journalisme d’investigation. »

Jo. Ma. (avec EIC)

Toutes nos révélations sur les Football Leaks

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite