Ingérence russe aux USA: l’escort girl affirmant détenir des secrets sur Trump entraînée de force en Russie

nastasia Vachoukevitch photographiée le 20 août 2018 à Pattaya. © AFP
nastasia Vachoukevitch photographiée le 20 août 2018 à Pattaya. © AFP

Une escort girl bélarusse connue pour avoir promis des révélations sur le rôle de la Russie dans les élections américaines a été entraînée de force en territoire russe par la police alors qu’elle transitait dans un aéroport de Moscou, a affirmé vendredi son avocat.

Anastasia Vachoukevitch, plus connue sous le pseudonyme de Nastia Rybka, avait été arrêtée fin février dans la station balnéaire thaïlandaise de Pattaya avec neuf autres étrangers qui organisaient des cours de «formation sexuelle».

Condamnée mardi à une amende, elle a été expulsée de Thaïlande jeudi dans un vol pour Moscou où elle a aussitôt été interpellée dans le cadre d’une enquête pour proxénétisme.

«Ce qui s’est passé est un scandale international», a déclaré à l’AFP Dmitri Zatsarinski, l’avocat d’Anastasia Vachoukevitch. Selon lui, sa cliente «n’a commis aucun crime» et comptait retourner «chez elle» au Bélarus quand elle a été arrêtée.

«Elle a été «traînée hors de la zone de transit (...) vers le territoire russe par des hommes non identifiés», a ajouté M. Zatsarinski, qui a l’intention de porter plainte. La jeune femme est incarcérée dans un centre de détention du sud de Moscou, a-t-il précisé.

Sur Instagram, il a publié une vidéo montrant plusieurs hommes en civil, tentant de faire asseoir de force la jeune femme sur un fauteuil roulant. Alors qu’elle se débat, ils finissent par la porter vers ce qui semble être un ascenseur.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite