Trafic de visas humanitaires: Francken affirme n’avoir «rien à cacher»

Trafic de visas humanitaires: Francken affirme n’avoir «rien à cacher»

L’ancien secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Theo Francken ne voit «  en principe aucun problème à faire la transparence totale, même à la Chambre » sur l’affaire des visas humanitaire à laquelle son nom est associé, a-t-il indiqué sur VTM.

«  Je n’ai absolument rien à cacher », a ajouté le député N-VA.

L’audition de Theo Francken est réclamée par des députés d’autres partis voulant connaître la manière dont lui et son cabinet géraient les dossiers de visas humanitaires de chrétiens de Syrie réfugiés en Belgique. Selon les chiffres de l’Office des étrangers, 600 personnes sont arrivées en Belgique par ce biais, dont 200 par l’intermédiaire de Melikan Kucam, un conseiller communal N-VA de Malines ciblé par une enquête judiciaire pour trafic d’êtres humains.

«  Démocratiquement, ce n’est absolument pas coutumier que des parlementaires auditionnent et interrogent des parlementaires, ce n’est pas comme ça que ça marche », a ajouté Theo Francken. Il rappelle aussi qu’une instruction judiciaire est en cours, mais il se dit prêt à venir s’expliquer à la Chambre.

Theo Francken affirme avoir entendu les premières rumeurs concernant Melikan Kucam en octobre. «  Mais cela me semblait si improbable, d’autant que c’était ’via’. J’ai dit alors (à son interlocuteur) d’aller en parler à la police. C’est toujours ce que je fais quand j’entends des rumeurs, même si je n’y crois pas vraiment ».

► Visas humanitaires : « Au moins 600 dossiers suspects » détectés par l’Office des étrangers, selon De Block

De nouvelles rumeurs lui sont parvenues en décembre, « cette fois un peu plus concrètes ». Il a une nouvelle fois conseillé à la personne qui lui en parlait de le rapporter à la police. Theo Francken ne pense pas qu’il aurait dû lui-même le signaler à la justice. « En tant que fonctionnaire, on est seulement obligé de le faire s’il y a des preuves concrètes. Si pendant quatre ans et demi (la durée de son mandat gouvernemental, NDLR), j’avais dû aller à la police sur base des rumeurs, j’y aurais été chaque semaine », ajoute-t-il.

La ministre Maggie De Block (Open Vld), qui a repris son portefeuille de l’Asile et la Migration, a indiqué vendredi matin que des intermédiaires avaient aussi travaillé à partir d’Alost pour des visas humanitaires. Selon Theo Francken, elle insinuait de la sorte que des paiements contre visa avaient aussi été effectués dans ce cadre, ce qui serait incorrect selon lui. L’ex-secrétaire d’État rappelle en outre la présomption d’innocence dont bénéficie toujours Melikan Kucam.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite