Open d’Australie: battu, David Goffin rate son test contre un très bon Medvedev

©News
©News

Après une jolie entrée en matière, pour son retour à la compétition, on avait dit que cette rencontre face à un joueur du top 20 servait de vrai test pour voir où en était exactement le Liégeois. Et le premier constat, c’est un échec après avoir encaissé un 6-2, 7-6, 6-3 en 2h01. Mais l’analyse mérite d’être poussée un peu plus loin. La vraie déception, c’est le premier set de David Goffin. Le Liégeois est monté sur le court avec trop peu d’intensité et d’envie pour faire vraiment mal au grand Russe de 1,96 m. Breaké d’emblée à 0-40, Goffin cédait encore son service à 4-2 pour laisser filer son adversaire à 6-2, vraiment trop facilement.

Ce fut nettement meilleur, par contre lors de la deuxième manche. Goffin sortait enfin de sa coquille et ça se sentait d’emblée dans son tennis qu’il encourageait de sa voix avec des « come on » et des « allez ». Il lui a fallu 33 minutes pour sortir d’une certaine torpeur, alors qu’à nouveau, il avait concédé son service d’entrée. Il contre-breakait dans la foulée et, enfin, on avait droit à un vrai duel. Malheureusement, même s’il prenait encore le service du Russe, Goffin ne parvenait jamais à se détacher au score. Et au tie-break, c’est à nouveau Medvedev qui faisait la course en tête : 5-1, 5-3 puis 7-3. Le Liégeois ne le savait sans doute pas encore, mais il venait de laisser passer sa chance.

David Goffin résigné

Car dans la troisième manche, la confiance avait nettement changé de camp et on vit, alors, un Liégeois vite résigné et à court de solution (deux amorties ratées…) face, il est vrai, à un excellent Medvedev. Le Russe ramenait un nombre incroyable de balles, que ce soit du côté revers (peut-être un peu plus friable) ou du côté coup droit (où les balles fusaient). Toute la différence entre un joueur en recherche de confiance et un joueur en pleine confiance (le Russe a terminé la saison 2018 en force avant de débuter 2019 avec déjà une finale à Brisbane, uniquement battu par Nishikori).

Face à ce mur, qu’il aurait voulu faire exploser, mais qui ne cédait rien, le nº1 belge a fini par rendre les armes. Il revenait bien de 4-1 à 4-3, dans le troisième set, mais c’était le chant du cygne.

La conclusion après cet Open d’Australie, c’est que Goffin est bien sur le chemin du retour, mais qu’inévitablement, il lui manque encore du rythme et de la confiance pour être d’emblée très solide face à des joueurs du calibre de Medvedev. Surtout que même sans y penser consciemment, subitement, un petit peu de pression s’est ajoutée à ce 3e tour, avec la possibilité de peut-être s’offrir un huitième de finale de gala face à Novak Djokovic. C’est peut-être cette pression-là qui explique le « non-match » de Goffin durant le premier set. Il lui faudra encore un peu de temps et quelques victoires pour retrouver toute sa spontanéité et son influx, même dans les moments chauds.

Goffin reprendra la direction de la Belgique (pas de Coupe Davis au Brésil, donc), avant de disputer les tournois de Montpellier, Rotterdam et Marseille où il devrait pouvoir passer un cap supplémentaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Rodriguez

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    ATP - WTA

    Carlos Rodriguez est de retour sur le circuit: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»

  • ©News

    Par François Laurent

    Tennis

    Caroline Wozniacki a choisi l’Open d’Australie pour faire ses adieux

  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite