Open d’Australie: battu, David Goffin rate son test contre un très bon Medvedev

©News
©News

Après une jolie entrée en matière, pour son retour à la compétition, on avait dit que cette rencontre face à un joueur du top 20 servait de vrai test pour voir où en était exactement le Liégeois. Et le premier constat, c’est un échec après avoir encaissé un 6-2, 7-6, 6-3 en 2h01. Mais l’analyse mérite d’être poussée un peu plus loin. La vraie déception, c’est le premier set de David Goffin. Le Liégeois est monté sur le court avec trop peu d’intensité et d’envie pour faire vraiment mal au grand Russe de 1,96 m. Breaké d’emblée à 0-40, Goffin cédait encore son service à 4-2 pour laisser filer son adversaire à 6-2, vraiment trop facilement.

Ce fut nettement meilleur, par contre lors de la deuxième manche. Goffin sortait enfin de sa coquille et ça se sentait d’emblée dans son tennis qu’il encourageait de sa voix avec des « come on » et des « allez ». Il lui a fallu 33 minutes pour sortir d’une certaine torpeur, alors qu’à nouveau, il avait concédé son service d’entrée. Il contre-breakait dans la foulée et, enfin, on avait droit à un vrai duel. Malheureusement, même s’il prenait encore le service du Russe, Goffin ne parvenait jamais à se détacher au score. Et au tie-break, c’est à nouveau Medvedev qui faisait la course en tête : 5-1, 5-3 puis 7-3. Le Liégeois ne le savait sans doute pas encore, mais il venait de laisser passer sa chance.

David Goffin résigné

Car dans la troisième manche, la confiance avait nettement changé de camp et on vit, alors, un Liégeois vite résigné et à court de solution (deux amorties ratées…) face, il est vrai, à un excellent Medvedev. Le Russe ramenait un nombre incroyable de balles, que ce soit du côté revers (peut-être un peu plus friable) ou du côté coup droit (où les balles fusaient). Toute la différence entre un joueur en recherche de confiance et un joueur en pleine confiance (le Russe a terminé la saison 2018 en force avant de débuter 2019 avec déjà une finale à Brisbane, uniquement battu par Nishikori).

Face à ce mur, qu’il aurait voulu faire exploser, mais qui ne cédait rien, le nº1 belge a fini par rendre les armes. Il revenait bien de 4-1 à 4-3, dans le troisième set, mais c’était le chant du cygne.

La conclusion après cet Open d’Australie, c’est que Goffin est bien sur le chemin du retour, mais qu’inévitablement, il lui manque encore du rythme et de la confiance pour être d’emblée très solide face à des joueurs du calibre de Medvedev. Surtout que même sans y penser consciemment, subitement, un petit peu de pression s’est ajoutée à ce 3e tour, avec la possibilité de peut-être s’offrir un huitième de finale de gala face à Novak Djokovic. C’est peut-être cette pression-là qui explique le « non-match » de Goffin durant le premier set. Il lui faudra encore un peu de temps et quelques victoires pour retrouver toute sa spontanéité et son influx, même dans les moments chauds.

Goffin reprendra la direction de la Belgique (pas de Coupe Davis au Brésil, donc), avant de disputer les tournois de Montpellier, Rotterdam et Marseille où il devrait pouvoir passer un cap supplémentaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous