Une vingtaine de camions saisis dans une entreprise de transport à Ypres

©D.R
©D.R

Vingt-quatre camions ont été saisis et 67 chauffeurs entendus lors d’une action à grande échelle de l’inspection sociale dans une entreprise de transport à Ypres, indique l’auditorat du travail de Gand.

L’affaire a été mise au jour à la suite d’une indication reçue par les services d’inspection polonais. Un contrôle a été mené dans une filiale locale de l’entreprise, qui s’est avérée être une société «boîte aux lettres». L’auditorat du travail côté belge a dès lors également ouvert une enquête au sujet du statut des chauffeurs, qui conduisent principalement en Europe de l’ouest, avec Ypres comme centre névralgique.

Une action à grande échelle dans cette entreprise d’Ypres a été menée samedi. Pas moins de 67 chauffeurs, dont des Polonais, des Lituaniens et des Bulgares, ont été entendu au sujet de leurs conditions de travail et de vie. 24 camions immatriculés en Pologne et en Lituanie ont été saisis. «L’action a été organisée dans la lutte contre le dumping social», précise l’auditorat du travail.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

  3. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite