Shutdown: Donald Trump propose d’offrir un statut temporaire à des migrants en échange du financement du mur

©Reuters
©Reuters

Le président américain Donald Trump a proposé samedi d’offrir un statut temporaire et des extensions de permis de séjour à environ un million de migrants risquant à terme d’être expulsés des Etats-Unis, en échange du financement par le Congrès de son mur frontalier.

Cette offre, faite dans un discours télévisé, vise selon M. Trump à « sortir de l’impasse » du blocage budgétaire des services fédéraux depuis près d’un mois. La chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants Nancy Pelosi avait au préalable rejeté cette offre dont la teneur avait été dévoilée par la presse.

> Le bras de fer continue entre Donald Trump et Nancy Pelosi

L’absence d’accord entre le président américain et les Démocrates sur le budget alloué à la construction de ce mur provoque un « shutdown » partiel depuis le 22 décembre : les administrations fédérales sont paralysées, faute d’adoption de leur budget par le Congrès. Quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux sont affectés, en étant en congé sans solde ou contraints de travailler car jugés essentiels mais sans être payés.

Vendredi soir, Donald Trump avait publié une vidéo sur Twitter insistant sur la nécessité pour les Etats-Unis de « sécuriser » leur frontière sud. «  Tout le monde sait désormais que notre frontière sud enregistre une crise humanitaire, c’est aussi une crise de sécurité nationale », a-t-il justifié.

Puis il avait lancé un appel à l’adresse des démocrates qui ont repris le contrôle début janvier de la Chambre des représentants et qui refusent d’allouer 5,7 milliards de dollars cette année à la construction du mur, sa principale promesse de campagne.

> Mi-mandat de Trump: une longue liste de promesses... tenues ou oubliées

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite