Open d’Australie: David Goffin n’est pas encore prêt à rivaliser avec les joueurs du top

Clap de fin pour David Goffin (à gauche), sorti par le Russe Daniil Medvedev (à droite).
Clap de fin pour David Goffin (à gauche), sorti par le Russe Daniil Medvedev (à droite). - AFP

Ne tournons pas autour du pot, David Goffin a raté son test « retour au top » face au très bon Daniil Medvedev, 19e joueur mondial, que le Liégeois n’est parvenu à challenger que durant un set, le deuxième. Il était trop absent lors du premier (mené rapidement 2-0, puis 5-2) et a marqué trop rapidement sa frustration dans le troisième (même s’il est revenu de 4-1 à 4-3). « Je suis mal entré dans la rencontre car les conditions de jeu étaient plus lentes ce samedi (NDLR : retour du soleil à Melbourne et mois d’humidité) et j’ai aussi eu du mal à saisir son jeu avec des balles qui tombaient sur les lignes et donc difficiles à contrer. J’ai eu une petite opportunité dans le deuxième. Je pense que si j’enlève ce set, le combat peut devenir plus physique et, alors, c’est un tout autre match. Mais bon, ce n’est pas arrivé. J’ai moins bien servi, mes attaques n’étaient pas assez précises pour m’offrir quelques points gratuits qui m’auraient fait du bien face à un tel joueur. J’ai fait le maximum, mais il était plus fort… » En effet, Daniil Medvedev, qui est en pleine confiance (il a terminé l’année 2018 en force et a commencé 2019 avec une finale à Brisbane et cette toute première qualification pour un huitième de finale en Grand Chelem !), a montré ses limites actuelles au nº1 belge. Après plus de trois mois sans compétition et une dernière rechute, Goffin a réussi une belle entrée en matière à Melbourne, mais il n’est pas encore prêt à lutter avec le top comme il le faisait si bien en fin de saison 2017. Le Liégeois est un joueur qui a besoin de jouer et de gagner beaucoup pour évoluer en confiance et offrir son meilleur tennis.

Son bilan 2019 est de deux victoires et de deux défaites, il lui faudra encore un peu de temps pour retrouver ses meilleures sensations. Copie à revoir donc aux prochains tournois de Montpellier, Rotterdam et Marseille (et pas de Coupe Davis au Brésil pour le nº1 belge, il l’a confirmé). La vraie bonne nouvelle de ce périple en Australie, c’est David Goffin qui la donne en guise de conclusion. «  Je suis content de ne plus avoir mal au bras. On va pouvoir continuer à travailler et parler exclusivement tennis, et non plus physique… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Rodriguez

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    ATP - WTA

    Carlos Rodriguez est de retour sur le circuit: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»

  • ©News

    Par François Laurent

    Tennis

    Caroline Wozniacki a choisi l’Open d’Australie pour faire ses adieux

  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Greenpeace a mené une action spectaculaire à l’ouverture du sommet européen, jeudi matin
: ses militants ont pris d’assaut la façade du bâtiment, déployant de grandes banderoles qui donnaient l’impression que le bâtiment était en feu. Des feux de détresse ont également été allumés en divers endroits pour faire de la fumée.

    Sommet européen: alerte orange sur l’ambition «neutralité carbone» en 2050

  2. Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

    Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

  3. ©News

    Europa League: éliminé, le Standard peut nourrir des regrets

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite