Roger Federer après son élimination surprise à l’Open d’Australie: «J’ai des regrets énormes»

©AFP
©AFP

Roger Federer n’a pas caché ses «énormes regrets» après son élimination dès les huitièmes de finale de l’Open d’Australie par le jeune Grec Stefanos Tsitsipas en quatre sets, dimanche à Melbourne.

Quel est votre sentiment après ce match ?

J’ai d’énormes regrets. Je n’ai peut-être pas l’air défait, mais je le suis. J’ai le sentiment que j’aurais dû gagner le deuxième set. Peu importe comment, j’aurais dû le gagner. Ca m’a coûté le match ce soir (dimanche). J’ai perdu contre un meilleur joueur ce soir, un joueur qui a très bien joué. Il s’est accroché, s’est procuré des occasions à un moment donné, il est resté calme, ce n’est pas toujours facile pour un jeune joueur. Il faut le féliciter.

Peut-on expliquer votre défaite par vos occasions manquées ?

Ce qui est certain, c’est que ça ne s’est pas passé comme je l’espérais sur les balles de break (0 convertie sur 12, ndlr). Je ne l’avais pas breaké non plus à la Hopman Cup (compétition par équipe mixte début janvier à Perth, ndlr), donc il y a clairement quelque chose qui ne va pas dans la manière dont je retourne contre lui, dans ce que j’essaie de faire. Il les a bien sauvées. C’est néanmoins très frustrant. La marge est petite alors quand tu rates des balles de break dans tous les sens, forcément tu paies le prix derrière... Mais ça ne veut pas dire que tu t’es mal senti (physiquement) ou que tu as mal joué, c’est juste que tu n’as pris les bonnes décisions, et lui oui. Et ça suffit. Le côté très positif, c’est physiquement : je suis très content de comment je me sens. Je sais comment je suis parti de certains tournois, avec un problème au dos, au genou... Là, ce n’est pas le cas. Et le niveau de jeu, honnêtement, je trouve qu’il est là. Je pars de ce tournoi avec un bon sentiment pour la saison même si c’est encore une fois un peu plus tôt en Grand Chelem.

Allez-vous jouer Roland-Garros cette année ?

Oui. Je suis dans une phase où je pense que je dois me faire plaisir. C’était bien de pas le faire l’année dernière, l’année d’avant aussi. Et l’année précédente, j’étais blessé. J’avais juste envie peut-être une fois de le refaire. Et j’ai décidé de ne pas avoir un méga break encore une fois, je les ai eus, je n’ai pas la sensation que c’est vraiment très nécessaire.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite