Accueil Opinions

Faut-il encore vendre des armes à Ryad?

L’industrie wallonne de l’armement fait de bonnes affaires avec l’Arabie saoudite. Elle n’est pas la seule en Europe… Mais est-ce un argument ?

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 3 min

Dans une conjoncture économique toujours morose, l’industrie wallonne de l’armement tire son épingle du jeu. Selon les chiffres du Groupe de recherche pour la paix et la sécurité (le Grip), en 2014, le montant total des licences d’exportations approuvées par le gouvernement wallon a atteint 4,30 milliards d’euros, soit une augmentation de 838 % par rapport à l’année précédente !

Les zones de fortes tensions géopolitiques ont malheureusement tendance à suivre la même courbe que les ventes d’armes. La Wallonie ne délivre pas de licences d’exportations vers des pays trop « chauds » ; ainsi, en 2014, le gouvernement a mis son veto sur trois destinations : le Kosovo, la Turquie et le Venezuela. Certains débouchés posent cependant questions, comme l’Arabie saoudite, client privilégié de la Région. Singulièrement depuis l’exécution de 47 opposants le week-end dernier et le brutal regain de tension avec l’Iran qui s’en est suivi…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs