Maxime Prévot, François Xavier Blanpain... Qui sont les cinq candidats à la présidence du CDH?

Maxime Prévot, François Xavier Blanpain... Qui sont les cinq candidats à la présidence du CDH?

Le CDH a annoncé ce lundi vers midi que cinq candidats brigueront finalement la succession de Benoît Lutgen à la présidence du parti.

Maxime Prévot, la figure connue

Maxime Prévot est bourgmestre de Namur depuis 2012 et député Wallon. Lors des dernières élections communales, Maxime Prévot a séduit quelque 700 électeurs de moins qu’en 2012. Le candidat se dit régionaliste. « Un régionalisme serein et pas offensif », nous confiait-il lors d’une interview.

M. Prévot ne considère pas que les jeux sont faits. «  Ce serait très présomptueux de ma part. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs ». Toutefois, lors de son départ, Benoît Lutgen avait cité le nom du Namurois.

François-Xavier Blanpain, le militant humaniste

Juriste de formation, François-Xavier Blanpain est actuellement consultant en communication après avoir été conseiller politique au Parlement fédéral et au siège du parti à la rue des Deux Eglises à Bruxelles. Le militant se décrit comme « un simple membre du CDH, mais avec un parcours de plusieurs années auprès de Joëlle Milquet et Benoît Lutgen ».

► Le militant humaniste François-Xavier Blanpain se porte candidat à la présidence du CDH

Son projet pour la formation humaniste repose sur trois piliers : un recentrage du projet politique donnant la priorité à la qualité de vie, l’amplification des efforts déployés en matière de communication et une nouvelle organisation du mouvement politique.

Arthur Defoin, le doyen

Originaire de Oupeye en région liégeoise, cet ancien officier de la Défense de 70 ans avait lancé, en 2006, le parti républicain de Belgique, rapporte la RTBF. Un faux parti, qui voulait mettre un terme à la monarchie en Belgique. L’annonce du départ de Benoît Lutgen et ce qui ressemblait à un adoubement de Maxime Prévot l’ont poussé à se présenter. «Je n’ai rien contre Maxime Prévot mais dans ce parti il y a des statuts et des élections. Je suis retraité et je peux être disponible à plein temps pour mener le paquebot».

Jan Lippens, l’Anversois

Déjà candidat contre Joëlle Milquet et Benoît Lutgen en 2009 et 2014, l’Anversois retente sa chance une troisième fois. Lors de sa candidature en 2009, il expliquait vouloir montrer « qu’il existe encore des Belges néerlandophones ». A l’époque, il disait craindre une guerre civile.

Bashiru Lawal, l’inconnu

Bashiru Lawal a quant à lui présidé la section CDH de Seraing et a déjà été candidat aux élections régionales et communales. Il a à cœur de mettre en avant la particularité de son parti dans le paysage politique belge. «  Nous devons éradiquer cette idée d’un CDH cinquième roue du carrosse. J’aimerais bien que l’on fasse appel au CDH pour son projet et non parce qu’il faut un parti pour faire une majorité ». Et d’ajouter : « Il faut que les gens sachent qui nous sommes, quels sont nos projets et que nous sommes une alternative à l’heure où montent les extrêmes. C’est vrai, je ne suis pas une personnalité connue mais je suis là pour dire qu’à la base du parti, les militants ne dorment pas, qu’ils ont des idées ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite