Mort du comte de Paris Henri d’Orléans, l’un des trois prétendants au trône de France

Mort du comte de Paris Henri d’Orléans, l’un des trois prétendants au trône de France

Le comte de Paris Henri d’Orléans, prétendant orléaniste au trône de France, est mort lundi à l’âge de 85 ans, a appris l’AFP de sources concordantes.

«J’ai la tristesse de vous annoncer le décès de mon père, monseigneur le Comte de Paris, survenu ce matin. Je le confie à vos prières», a annoncé sur son compte Facebook son fils et nouveau prétendant au trône, Jean, duc de Vendôme.

Le comte de Paris était descendant du frère de Louis XIV, mais aussi de Philippe-Egalité, qui avait voté la mort du roi Louis XVI. Son décès coïncide avec l’anniversaire de la décapitation de ce dernier, le 21 janvier 1793. Il était le descendant du dernier roi en France, Louis-Philippe 1er (1773-1850), qui a régné de 1830 à 1848.

«Le roi est mort, vive le roi», a tweeté le mouvement royaliste Action Française, qui soutient cette branche orléaniste.

Deuxième de 11 enfants, Henri d’Orléans était devenu à 66 ans chef de la Maison de France, en dépit d’une longue brouille avec son père. Ce dernier l’avait confirmé en 1996 dans l’ordre de succession dynastique.

Né le 14 juin 1933 au manoir d’Anjou à Woluwé-Saint-Pierre (Belgique), Henri d’Orléans passe son enfance au Maroc, en Espagne et au Portugal. Malgré la loi d’exil frappant le chef de la Maison de France, le jeune prince est autorisé par le président de l’époque, Vincent Auriol, à rentrer en France et à y poursuivre ses études.

Mariage désavoué

Après avoir suivi les cours de l’Institut des sciences politiques à Paris, il prend part comme officier à la guerre d’Algérie. Devenu officier d’active, successivement affecté à l’Etat-major de la défense nationale, en Allemagne, puis au Premier régiment étranger de cavalerie en Corse, le prince quitte l’armée en 1967 et entre dans la banque, en France et en Suisse.

En 1957, il reçoit le titre de comte de Clermont et épouse Marie-Thérèse de Wurtemberg, dont il aura cinq enfants, avant de s’en séparer en 1977 et d’obtenir le divorce en février 1984. Le 31 octobre suivant, il se remarie avec Micaela Cousino Quinones de Leon.

Contraire aux lois dynastiques, ce mariage civil d’Henri d’Orléans avec une femme divorcée est désavoué par le comte de Paris. Celui-ci renie son fils aîné et, en 1987, investit comme successeur son petit-fils Jean, fils du comte de Clermont.

En 1991, le comte de Clermont est «rétabli à sa place dans la Famille de France», puis confirmé en 1996 comme héritier des droits à la couronne.

Passionné de dessin et de peinture, Henri d’Orléans se consacre à ses activités artistiques et expose régulièrement ses oeuvres depuis 1972. Il est père de deux filles, Marie et Blanche, et de trois garçons, François, Jean et Eudes, duc d’Angoulême. Deux de ses enfants, François et Blanche, sont handicapés mentaux.

Le Game Of Thrones de France

Depuis 1830 et l’abdication du roi Charle X, la couronne de France est disputée entre trois maisons, avec différents prétendants. Henri d’Orléans était donc le prétendant de la famille des Orléans. La maison des Bourbons avait pour prétendant Louis de Bourbon, descendant direct du roi d’Espagne Philippe V, lui-même petit fils de Louis XIV, rapporte le magazine Vice.

La maison des Bonaparte a pour prétendant Jean-Christophe Napoléon.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite