Enfant tombé dans un puits en Espagne: les secours n’atteindront pas le petit Julen avant mardi

Enfant tombé dans un puits en Espagne: les secours n’atteindront pas le petit Julen avant mardi

Les secouristes mobilisés pour trouver un garçonnet tombé il y a huit jours dans un puits profond d’une centaine de mètres en Espagne ne devraient pas l’atteindre avant mardi, ont indiqué des responsables lundi.

Ces recherches sans précédent tiennent en haleine l’Espagne mais aucun signe de vie n’a été recueilli depuis que Julen Rosello, 2 ans, est tombé le 13 janvier dans ce puits étroit d’environ 25 centimètres de diamètre et environ 100 mètres de profondeur dans les collines de Totalan, dans le sud de l’Espagne.

► L’Espagne sous le choc après la chute d’un enfant de 2 ans dans un puits de 100 mètres de profondeur

Depuis samedi, un tunnel parallèle au puits dans lequel a disparu Julen est creusé afin de parvenir au niveau où les secouristes pensent que le garçonnet se trouve. Ce tunnel a atteint une profondeur de 52 mètres et huit mètres manquent encore, a indiqué Juan López-Escobar, représentant du Corps des ingénieurs des mines sur place. Ensuite, ce tunnel devra être sécurisé avec une paroi afin d’éviter les éboulements, ce qui prendra de cinq à six heures.

Et enfin, une équipe de mineurs pourra descendre dans ce tunnel dans une cage métallique et creuser horizontalement sur les quatre mètres séparant le tunnel du puits. Ce qui pourra prendre « jusqu’à 24 heures », selon l’ingénieur Ángel García Vidal, qui supervise les opérations, et ce qui signifie qu’ils ne l’atteindront pas avant mardi.

«  Il faut se rendre compte que nous réalisons en quelques jours une opération qui prend habituellement des mois, sans aucune étude géologique », souligne Juan López-Escobar.

Des centaines de secouristes, des unités spécialisées de l’armée et des forces de police, ont été mobilisés pour cette opération suivie heure par heure en Espagne.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite