Eden Hazard: «J’ai fait le tour en Angleterre»

@News
@News

Eden Hazard au Real Madrid. La chanson va rythmer toute l’année 2019. Depuis le Mondial russe, à l’issue duquel le Diable rouge avait, médaille de bronze autour du cou, annoncé son envie de voir autre chose en évoquant ouvertement son amour pour le club merengue, les liens se sont resserrés. Dimanche dernier, le quotidien madrilène Marca assurait que le Belge avait refusé une prolongation de son contrat à Chelsea, visiblement pour ne pas compliquer la réalisation d’un transfert l’été prochain. Eden Hazard est actuellement lié aux Blues jusqu’au 30 juin 2020.

« J’ai tout gagné ici »

Ce mardi, le magazine France Football en remet une couche avec une large interview du Brainois qui n’a évidemment pas pu passer à côté des questions sur son avenir. « Bien sûr que j’ai fait le tour (NDLR : en Angleterre) », a reconnu Hazard, passé de Lille à Londres en juin 2012. « J’ai tout gagné ici, les deux Coupes et le Championnat, sauf le Community Shield. Mais ça ne veut pas dire que je vais partir. (…) J’ai toujours dit qu’après l’Angleterre, je voulais découvrir autre chose. Mais il y a des choses qui font que je pourrais rester aussi. »

Rester à Stamford Bridge n’est pas tant une volonté en soi, mais Eden Hazard n’est pas prêt à aller au clash avec un club qui lui a tout donné et au sein duquel il est très apprécié. Ce n’est pas dans son caractère. Chelsea, peut-être résigné à respecter les envies d’un garçon qui ne lui a jamais causé de vagues, doit simplement y trouver son compte avec un montant à la hauteur du talent de son numéro 10. Cent millions d’euros ? Selon Marca, c’est ce que le board londonien réclamerait et ce que le Real Madrid serait prêt à payer pour enrôler « la nouvelle idole du club ». Un rôle laissé vacant que le Gallois Gareth Bale n’a pas réussi à assumer depuis le départ de Cristiano Ronaldo à la Juventus l’été dernier.

Il pourrait rejoindre le Real à un moment charnière

Non seulement Eden Hazard a peut-être une chance unique de rejoindre le club qu’il idolâtre depuis son enfance, mais il pourrait donc le faire à un moment charnière de l’histoire du Real Madrid. Un club qui possède 13 Ligues des champions dans sa vitrine, alors que le Belge court après depuis plusieurs saisons.

Ça aussi, ça trotte dans la tête…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Syrie_Repubblica

    Syrie: le papa qui transforme la guerre en un jeu pour distraire sa fille de l’horreur (vidéo)

  2. « Les sociétés installées dans notre pays ont régulièrement besoin de travailleurs étrangers spécifiques », explique Maggie De Block (Open Vld). « Grâce à notre simplification administrative, nous avons raccourci la procédure.
»

    Travailleurs étrangers: le gouvernement corrige le tir sur le permis unique

  3. Dans l’histoire de Mélusine Productions qui a débuté en 1998, « Zero impunity » est le film d’animation hybride le plus engagé à ce jour : il dénonce les crimes sexuels commis dans les zones de guerre.

    Festival Anima: les doigts de fée de l’animation

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations contre Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite