Neige attendue ce mardi: phase de vigilance renforcée sur les routes de Wallonie

Neige attendue ce mardi: phase de vigilance renforcée sur les routes de Wallonie
©Lesoir

La cellule d’action routière – composée du Centre régional de crise de Wallonie (CRC-W), du centre Perex et de la police fédérale de la route – est activée, indique lundi le Service Public de Wallonie (SPW). La vigilance est renforcée en raison des précipitations hivernales qui sont annoncées à partir de 6h du matin mardi et toute la journée. Une accumulation de 2 à 5 centimètres de neige est prévue partout.

« On est préparé pour la journée de demain »  : même son de cloche du côté du SPW et de Bruxelles Mobilité, le plan hiver est déjà activé depuis plusieurs semaines. Ils sont prêts : des épandages sont prévus et ils continueront autant que nécessaire. Dans la capitale, les épandages concerneront également les pistes cyclables. Sur les routes régionales wallonnes, des chasse-neige sont aussi prévus. Des véhicules tracteurs seront disposés au pied de certaines pentes pour aider les voitures et les camions qui se retrouveraient coincés. « On a de grosses réserves de sel et tout sera mis en œuvre pour qu’il n’y ait pas de problème mais nous ne sommes pas des magiciens.  », prévient Laurence Zanchetta, porte-parole du Service public de Wallonie.

Conseils aux automobilistes

La porte-parole du SPW invite les conducteurs à une grande prudence : « Renseignez-vous avant de partir et adaptez votre conduite. Ne dépassez pas les épandeuses ou les chasse-neige car la route devant eux n’a pas été déneigée et méfiez-vous du verglas.  » Elle conseille également de prévoir une demi-heure de plus sur son trajet.

À Bruxelles, même si on assure que tout sera mis œuvre, il est fortement déconseillé de se déplacer sans pneu d’hiver. « On a souvent des problèmes, surtout avec les tunnels, les gens oublient que les sorties de tunnels sont en pente et peuvent être enneigés. Des voitures n’arrivent pas à les remonter et bloquent toute la circulation.  », explique Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité.

«Il est possible que certains bus ne circulent pas», annonce la Stib

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Les filles et les mecs à égalité devant le climat

  2. Les grains de sable ont commencé à gripper la mécanique de Félix Tshisekedi.

    Pour Félix Tshisekedi, l’état de grâce est déjà terminé

  3. Des employés de Goods to give trient les produits qu’ils viennent de réceptionner d’entreprises.

    La TVA sur les dons d’invendus non alimentaires bientôt supprimée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite