Accueil Belgique

Le cri de colère des directeurs d’école

Les directeurs des écoles maternelles et primaires ont le blues. Ils viennent de produire, à l’attention du monde politique, un mémorandum de doléances.

Info « Le Soir » - Temps de lecture: 2 min

Les directeurs des écoles fondamentales (maternelles et/ou primaires) du réseau libre de la Fédération Wallonie-Bruxelles en ont assez. Ils sont 800, du nord de la capitale au sud de la Wallonie. Tous se disent fatigués… de ne pas être entendus par le monde politique. Ils viennent de mettre le point final à un cahier de revendications à destination du prochain gouvernement.

Que demandent-ils ? Plus d’argent, un refrain connu, mais surtout davantage de moyens techniques, administratifs et pédagogiques pour mener à bien leurs missions. Des moyens calqués sur ceux dont bénéficie le réseau secondaire.

Quatre thèmes de doléances

Le mémorandum des directeurs ressemble beaucoup à celui qu’ils avaient déjà fait parvenir aux politiques en 2014, avant la même période électorale. Mais depuis, disent-ils, leur barque a encore été alourdie par les multiples obligations imposées par le Pacte d’excellence.

Les directeurs ont listé leurs principales doléances autour de quatre thèmes : tension salariale insuffisante entre le personnel enseignant et les cadres ; indigence des aménagements de fin de carrière ; carences sévères dans l’encadrement administratif, pédagogique et technique ; manque d’autonomie dans la gestion des ressources humaines.

A lire sur Le Soir+: les explications des quatre revendications et le témoignage d’un directeur

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs