Accueil Société

Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Les premières heures de l’enquête furent éprouvantes. Juges et enquêteurs ont 6 jours pour témoigner d’une enquête fouillée. Nemmouche a encore dit… qu’il ne veut rien dire.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Retour au premier jour. La procédure orale aux assises impose aux juges et aux enquêteurs de délivrer aux jurés, depuis la première ligne du premier PV rédigé, tout ce que recèle ce dossier de 50.000 pages dressé en quatre ans.

Au premier jour, le 24 mai 2014, Mehdi Nemmouche n’existait pas encore. La découverte de la tuerie s’était faite pas à pas, par des témoins effrayés. Une dame, passant dans la rue des Minimes, peu après la fuite du terroriste, avait d’abord cru, en découvrant les corps de Miriam et Emanuel Riva baignant dans leur sang, qu’un drame conjugal s’était produit dans l’entrée du Musée juif de Belgique. D’autres témoins s’étaient précipités dans le bâtiment, forçant la porte du hall d’accueil où ils avaient aperçu le corps, encore vivant et agité de soubresauts, d’Alexandre Strens.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs