Brexit: Theresa May compte retourner négocier à Bruxelles

© EPA
© EPA

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé qu’elle allait retourner discuter avec Bruxelles pour sauver son accord de Brexit rejeté par les députés, auxquels elle n’a pas offert le plan alternatif qu’ils exigeaient.

Lundi, la conservatrice a annoncé aux députés qu’elle chercherait à reparler avec l’Union européenne du « filet de sécurité » censé éviter le retour d’une frontière physique entre les deux Irlande. «  Jour de la marmotte (clin d’oeil au film « Un jour sans fin », ndlr) : les députés et les milieux d’affaire unis pour condamner le plan B du Brexit de May, qui est encore le plan A », a ironisé The Independent sur son site.

Mais la tonalité générale dans la presse britannique mardi portait surtout sur l’hypothèse d’un second référendum, qui a le vent en poupe.Le Guardian insiste sur le refus de la Première ministre d’un nouveau vote, parce qu’il menacerait « la cohésion sociale » au Royaume-Uni, tandis que le Daily Mail, The Sun ou The Telegraph mettent en exergue le soutien de Jeremy Corbyn au projet de députés travaillistes prônant son organisation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite