Open d’Australie: première demi-finale en Grand Chelem pour Tsitsipas, à 20 ans (vidéos)

©AFP
©AFP

Le jeune Grec Stefanos Tsitsipas (15e) s’est qualifié pour sa première demi-finale en Grand Chelem, à vingt ans, à l’Open d’Australie aux dépens de l’Espagnol Roberto Bautista (24e) en quatre sets 7-5, 4-6, 6-4, 7-6 (7/2) en 3h15 min, mardi à Melbourne.

Tsitsipas avait détrôné le double tenant du trophée Roger Federer au tour précédent. Il affrontera l’Espagnol Rafael Nadal, actuel N.2 mondial, ou le jeune Américain Frances Tiafoe (39e) pour une place en finale.

« C’est un conte de fées, je vis un rêve, ce pour quoi j’ai travaillé dur. Je suis ému mais pas trop parce que je sais que j’ai vraiment travaillé dur pour ça », s’est-il réjoui. « Au début de la saison, on m’a demandé quels étaient mes objectifs et j’ai répondu une demi-finale en Grand Chelem. Quand j’ai dit ça, je me suis dit que j’étais fou, mais c’est bien réel, ça vient juste d’arriver !  ».

Avant cet Open d’Australie, le meilleur résultat de Tsitsipas en Grand Chelem était un huitième de finale, atteint à Wimbledon la saison passée. Il devient le premier Grec demi-finaliste dans un tournoi majeur. Avant lui, aucun joueur ni aucune joueuse de son pays n’avait même joué de quart de finale en Grand Chelem.

Tsitsipas s’est révélé la saison dernière en atteignant sa première finale en Masters 1000 à Toronto en août, et en s’offrant au passage quatre victoires sur des membres du top 10, dont Novak Djokovic, ce qui lui a valu d’entrer dans le top 20.

Il a remporté le premier titre de sa carrière deux mois plus tard, à Stockholm fin octobre. Une première pour un joueur grec.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Sud-Coréen est actuellement 212
e
 à l’ATP.

    Par Yves Simon

    Tennis

    Tennis: Duckhee Lee, jeu, sourd et match

  • SPO-TEN-WTA-WESTERN-&-SOUTHERN-OPEN---DAY-9

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Finaliste à Cincinnati, David Goffin a superbement relancé sa saison

  • Andy Murray ne pensait plus rejouer au tennis. @AFP

    Par Sammy Grynberg

    ATP - WTA

    Le Murray 2.0 vaut-il l’original?

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite