Open d’Australie: première demi-finale en Grand Chelem pour Tsitsipas, à 20 ans (vidéos)

©AFP
©AFP

Le jeune Grec Stefanos Tsitsipas (15e) s’est qualifié pour sa première demi-finale en Grand Chelem, à vingt ans, à l’Open d’Australie aux dépens de l’Espagnol Roberto Bautista (24e) en quatre sets 7-5, 4-6, 6-4, 7-6 (7/2) en 3h15 min, mardi à Melbourne.

Tsitsipas avait détrôné le double tenant du trophée Roger Federer au tour précédent. Il affrontera l’Espagnol Rafael Nadal, actuel N.2 mondial, ou le jeune Américain Frances Tiafoe (39e) pour une place en finale.

« C’est un conte de fées, je vis un rêve, ce pour quoi j’ai travaillé dur. Je suis ému mais pas trop parce que je sais que j’ai vraiment travaillé dur pour ça », s’est-il réjoui. « Au début de la saison, on m’a demandé quels étaient mes objectifs et j’ai répondu une demi-finale en Grand Chelem. Quand j’ai dit ça, je me suis dit que j’étais fou, mais c’est bien réel, ça vient juste d’arriver !  ».

Avant cet Open d’Australie, le meilleur résultat de Tsitsipas en Grand Chelem était un huitième de finale, atteint à Wimbledon la saison passée. Il devient le premier Grec demi-finaliste dans un tournoi majeur. Avant lui, aucun joueur ni aucune joueuse de son pays n’avait même joué de quart de finale en Grand Chelem.

Tsitsipas s’est révélé la saison dernière en atteignant sa première finale en Masters 1000 à Toronto en août, et en s’offrant au passage quatre victoires sur des membres du top 10, dont Novak Djokovic, ce qui lui a valu d’entrer dans le top 20.

Il a remporté le premier titre de sa carrière deux mois plus tard, à Stockholm fin octobre. Une première pour un joueur grec.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite