Open d’Australie: Danielle Collins atteint sa première demie en Grand Chelem aux dépens de Pavlyuchenkova (vidéos)

©AFP
©AFP

La belle histoire de l’Américaine Danielle Collins se poursuit à Melbourne. La 35e joueuse mondiale s’est qualifiée mardi pour les demi-finales de l’Open d’Australie de tennis. Elle a battu en trois sets 2-6, 7-5 et 6-1 la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (WTA 44), coachée par Simon Goffin le frère de David, pour son premier match en carrière sur le court central la Rod Laver Arena. La rencontre a duré 2h16.

En demi-finale, Collins, 25 ans, rencontrera la gagnante de la partie qui doit opposer la Tchèque Petra Kvitova à l’Australienne Ashleigh Barty (Aus/N.15).

Collins, qui a largement été dominée en début de rencontre face à ’Nastia’, n’avait jamais gagné le moindre match en cinq tournois du Grand Chelem avant l’Open d’Australie. Arrivée très tard sur le circuit professionnel, ayant privilégié ses études universitaires en communication, la Floridienne entame sa troisième saison en tant que joueuse professionnelle. Elle dispute pour la première fois l’Open d’Australie. Au premier tour, elle était passée à trois points de la défaite face à l’Allemande Julia Goerges, 13e joueuse mondiale (2-6, 7-6 (7/5), 6-4). Elle a ensuite encore éliminé la Française Caroline Garcia (WTA 19) et surtout la N.2 mondiale l’Allemande Angelique Kerber sur un cinglant 6-0, 6-2 en huitièmes de finale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite