Procès Nemmouche: une bénévole du Musée juif a tenté d’atteindre un bouton d’alarme avant d’être abattue

© Belga
© Belga

Dominique Sabrier, employée bénévole du Musée juif de Belgique, a tenté d’atteindre un bouton d’alarme avant d’être abattue par des tirs de kalachnikov le 24 mai 2014, est-il apparu mardi sur les images des caméras de vidéo-surveillance de l’institution présentées devant la cour d’assises de Bruxelles.

Les juges d’instruction reviennent sur tout le déroulement de l’enquête

Sur les images, commentées par le chef d’enquête devant la cour, on aperçoit d’abord l’employée française de 66 ans et son collègue Alexandre Strens s’adresser à deux visiteuses du Musée, dans le local d’accueil. Ils dirigent ces dernières vers l’espace d’exposition temporaire, situé de l’autre côté de la cour intérieure.

Les deux femmes sont suivies par le couple Riva, qui venait d’arriver sur les lieux. Alexandre Strens quitte alors le local pour aller renseigner le couple israélien, avant de revenir à l’accueil. Emanuel et Miriam Riva se ravisent et se dirigent vers la sortie, où ils seront abattus quelques instants plus tard.

Nez-à-nez avec le tueur

Alexandre Strens et Dominique Sabrier n’étaient pas en mesure de voir ce qui venait de se produire à quelques mètres d’eux mais, alertés par les coups de feu, la bénévole s’est levée et le jeune homme s’est dirigé vers la porte du local d’accueil, qu’il avait laissée ouverte quelques minutes plus tôt.

Il se retrouve alors nez-à-nez avec le tueur, qui l’abat immédiatement. L’assaillant se tourne ensuite vers Mme Sabrier, mais ne parvient pas à tirer avec son revolver. Il recule alors hors du local pour se saisir de sa kalachnikov, avec laquelle il tire dans la porte, qui s’était entre-temps refermée et verrouillée, avant de faire feu sur l’employée.

Celle-ci tente, dès qu’elle aperçoit le tueur, d’atteindre un bouton d’alarme située derrière le bureau qu’elle occupe. Les images ne permettent cependant pas de déterminer si elle a bien pu l’enclencher. Dominique Sabrier décède sur place, atteinte par trois tirs de kalachnikov.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite