Albert Baronian: «Notre rôle est d’ouvrir les frontières, ce que permet la Brafa»

Albert Baronian
: «
Les foires ont pris un peu l’acsendant sur les galeries, et je le déplore.
»
Albert Baronian : « Les foires ont pris un peu l’acsendant sur les galeries, et je le déplore. » - Alain Dewez.

Il est l’un des galeristes les plus en vue de Bruxelles, et on ne peut pas dire que le succès des foires d’art le transporte d’allégresse. « L’évolution du marché de l’art est telle que les foires – à tort ou à raison – sont devenues incontournables. Les foires ont pris un peu l’ascendant sur les galeries… et je le déplore. »

Mais la Brafa, Albert Baronian y sera. Et pas seulement parce que l’événement s’est imposé comme un pivot de la vie culturelle belge : « La Brafa me plaît par son côté pluriculturel, intemporel. On y touche un public extrêmement large, qui peut s’intéresser autant à l’art moderne que contemporain, à l’art tribal, aux sculptures égyptiennes ou à la peinture hollandaise du XVIIIe siècle. Le visiteur peut passer d’une époque à l’autre, d’un genre à l’autre, d’une discipline à l’autre. »

La diversité des publics ne le rebute pas, il s’en fait un défi : « Justement, notre rôle est d’ouvrir les frontières à des gens qui n’ont pas l’habitude de venir voir des galeries d’art contemporain. Sans oublier un aspect plus pragmatique : tout mon public d’art contemporain la visite également. »

Pour Albert Baronian, le grand avantage de Bruxelles sur Maastricht est le mélange des sections : les visiteurs sont obligés de tout voir, les espaces sont transgenres, alors qu’à la Tefaf de Maastricht où tout est organisé par genres, « un visiteur qui vient pour les faïences de Delft ne se rendra pas dans la section consacrée à l’art contemporain. Cela m’intéresse car on se retrouve face à des gens qui ne sont pas nécessairement attirés par l’art contemporain et qui vont nous interroger. Car nous avons un rôle d’information. »

Parlons aussi – un peu – commerce, et de ce point de vue la Brafa est une réalité face à la déprime des galeries : « C’est ma quatrième participation à la Brafa, et jusqu’ici, avec des fortunes diverses, j’ai plutôt connu des foires bénéficiaires, effectivement. On touche un public qui a des moyens beaucoup plus grands que le visiteur habituel de galerie ou même le collectionneur habituel en galerie. Je le sais par expérience : à la foire d’art contemporain de Bruxelles (Art Brussels, 25-28 avril 2019), on a du mal à y vendre de l’art au-delà d’une certaine somme, ce qui n’est pas le cas à la Brafa. On y touche un public plus fortuné, plus large dans le portefeuille. On peut y vendre des œuvres à un million d’euros, ce qui n’est pas le cas à la foire d’art contemporain. »

Galerie ou foire ?

La galerie Albert Baronian est bien installée dans la capitale, et la foire ne sert pas à promouvoir la galerie : « Honnêtement, les deux publics se mélangent très peu. La foire sert plutôt à renforcer les contacts, à renouer avec des gens qui sont venus à la galerie, ont acheté une fois mais ne viennent pas nécessairement à chaque expo. C’est une manière de leur montrer qu’on est toujours là et qu’on existe. Par contre, pour une jeune galerie qui doit se faire connaître, il est important d’être dans une foire. »

C’est la leçon qu’a apprise Patrick Pouchot-Lermans, de la galerie Schifferli (Genève) : « J’ai été formé par un marchand, Jacques Benador, qui travaillait à l’ancienne. Pendant longtemps j’ai travaillé comme lui, jusqu’au moment où il a bien fallu que j’accepte qu’il y avait un nouveau modèle d’affaires et que les foires étaient importantes. » Il s’est converti à la foire au point de renverser le modèle : « La Brafa nous offre une visibilité, et certains de mes confrères réalisent jusqu’à 90 % de leur chiffre d’affaires sur les foires. Je donne un bonus à l’activité foire, c’est clair. On a besoin d’une galerie, mais une galerie qui ne fait pas les foires est une galerie qui ne compte pas. » Patrick Pouchot-Lermans a commencé par la Brafa, mais promis juré, dès l’an prochain, il postule à d’autres foires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite