«La Brafa, c’est pas des marchands de moquette»

La Brafa permet à ses exposants et aux promeneurs de respirer - ici le stand de Finch & Co en 2018.
La Brafa permet à ses exposants et aux promeneurs de respirer - ici le stand de Finch & Co en 2018. - Bruno Dalimonte.

Pourquoi la Brafa connaît-elle un tel succès, tant au niveau des visiteurs que des exposants ? Deux galeristes nous ont donné une clé de lecture : participer à une foire coûte un bras. Se loger, se nourrir n’est rien à côté du coût de transport et d’assurance des œuvres d’art. Il faut ensuite payer son emplacement, l’aménager, souvent avec l’aide d’un professionnel… « Participer à la foire de New York, c’est une opération qui nous coûte près d’un million de dollars, tous frais inclus, explique Craig Finch (Finch & Co, Londres). La Brafa est bien plus abordable, bien plus viable économiquement. On ne nous y demande pas 250.000 dollars pour 45 m2, ce qui est le cas de New York. »

La galeriste française Isabelle Maeght confirme : « Les allées sont larges, les organisateurs ne sont pas des marchands de moquette – des gens qui vous vendent des espaces au détriment de la qualité. »

Vrai ? Alors, combien cela coûte-t-il, un stand à la Brussels Art Fair ? La Brafa joue la transparence et pour cause : parmi les grandes foires du marché de l’art, Bruxelles est l’une des moins chères, relevait en septembre dernier The Art Newspaper  : 16.600 dollars (hors taxes) pour un 40 m2 contre 67.850 pour le Tefaf de New York ou 37.500 dollars pour le Tefaf de Maastricht.

Parfaitement exact : 14.600 euros HTVA pour 40 m2, c’est bien le prix pratiqué à la Brafa, auquel vous ajouterez d’éventuels frais de table pour vos invités en soirée de gala, le coût des invitations en preview pour vos bons clients, en exclusive preview pour vos très bons clients, le coût de votre présence sur quatre pages dans le catalogue, etc. Mais cela demeure très raisonnable, les exposants apprécient. Et cela n’empêche aucunement l’ASBL qui organise la foire de rendre chaque année des comptes solides.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite