Appel à la grève nationale le 13 février: le gouvernement invite les partenaires sociaux à poursuivre le dialogue

©D.R
©D.R

Le gouvernement appelle les partenaires sociaux à poursuivre le dialogue autour des négociations salariales et de l’accord interprofessionnel (AIP), ont fait savoir mardi le Premier ministre Charles Michel (MR) et le ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V) juste avant leur départ pour le Forum économique mondial de Davos. Ils réagissaient de la sorte à la décision des syndicats de quitter la table des discussions et d’organiser une grève nationale intersectorielle le 13 février.

Charles Michel et Kris Peeters soulignent l’importance d’un accord social pour les travailleurs, les entreprises et les allocations. «  Nous lançons un appel à rester responsables et à fournir des efforts supplémentaires des deux côtés », a encore dit le Premier ministre.

Les négociations salariales, entamées la semaine dernière pour aboutir à une nouvelle norme salariale et un accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020, ont échoué. La marge maximale d’évolution des salaires, de 0,8% hors indexation, qu’a définie le rapport du Conseil central de l’Économie (CCE) est insuffisante selon les syndicats. Les patrons, eux, n’entendent pas la dépasser.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite