Open d’Australie: Joachim Gérard éliminé en quarts de finale

©Belga
©Belga

Le joueur belge Joachim Gérard n’a pas pu se qualifier pour les demi-finales de l’Open d’Australie en fauteuil roulant, mercredi à Melbourne. Le 5e joueur mondial a été battu en quarts par le Suédois Stefan Olsson, son partenaire habituel en double, sur le score de 6-4, 6-3 en 1h04 de match.

Joachim Gérard avait gagné le Masters de tennis en chaise roulante à Orlando, en Floride, fin 2018. Il était absent à Melbourne Park l’an dernier mais a déjà atteint la finale en 2016 et les demies à deux reprises (2017, 2015). Il s’était incliné en quarts en 2014.

Il est aussi engagé en doubles à Melbourne, avec Olsson. Ils forment la tête de série N.2 et affronteront en demies l’Argentin Gustavo Fernandez et Shingo Kunieda.

Stefan Olsson affrontera en demi-finales le numéro un mondial Shingo Kunieda, considéré comme le ’Roger Federer’ en chaise roulante.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Rodriguez

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    ATP - WTA

    Carlos Rodriguez est de retour sur le circuit: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»

  • ©News

    Par François Laurent

    Tennis

    Caroline Wozniacki a choisi l’Open d’Australie pour faire ses adieux

  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite