L’immobilier européen à la fête à Bruxelles

L’immobilier de logistique reste un créneau porteur, surtout le long des grands axes routiers de Belgique et d’ailleurs.
L’immobilier de logistique reste un créneau porteur, surtout le long des grands axes routiers de Belgique et d’ailleurs. - coralie cardon.

Le 9 janvier dernier, l’EPRA (European Public Real Estate Association) organisait, pour la première fois, son événement Insight à Bruxelles. Le succès était au rendez-vous : une centaine de professionnels du secteur immobilier ont répondu présents.

« Dans le cadre de notre vingtième anniversaire, nous sommes ravis d’avoir planifié notre événement annuel à Bruxelles en partenariat avec le bureau d’avocats Loyens & Loeff. C’est une première ! Fort de ce succès, nous confirmons déjà que l’EPRA organisera un événement similaire en janvier 2020 », s’est réjoui Dominique Moerenhout, CEO de l’EPRA.

Cette dernière est l’association qui est en charge de la promotion, du développement et de la représentation du secteur immobilier européen. Et le secteur de l’immobilier coté belge, dont la capitalisation boursière s’élève à quelque 15,5 milliards d’euros, n’a pas à rougir face à ces voisins européens.

C’est ce qu’ont montré les experts de KBC Securities et le panel de grands acteurs de l’immobilier belge, actifs dans les secteurs du bureau, de la logistique, des soins de santé, du self-storage… qui ont participé au débat.

En 2018, alors que la plupart des Bourses étaient en plein marasme, l’immobilier coté a bien performé en Belgique (+ 8,7 %, selon l’index EPRA), une situation qui s’explique par des cash-flows stables, une visibilité à long terme, et une croissance forte. « Emotion, perception, politique, étaient les trois mots-clés de 2018, le sentiment négatif était largement exagéré puisque le marché immobilier a évolué plus positivement que prévu », précise Jan Opdecam, directeur de la recherche chez KBC Securities.

Certaines SIR (sociétés immobilières réglementées) actives dans la logistique comme Montea et WDP ont « surperformé » (respectivement +40 % et +29 %). Et 2019 s’annonce sous les meilleurs augures. « On peut s’attendre à une évolution encore plus positive cette année, de l’ordre de 9 % (NDLR : valeur de l’actif net et dividendes), explique encore Jan Opdecam. La hausse des taux d’intérêt ne devrait pas intervenir avant 2020 ou 2021. Elle devrait de toute façon être assez faible. »

Ces prévisions optimistes ont été confirmées par les panélistes de haut vol présents dans la capitale. La logistique reste un créneau porteur. C’est ce qu’ont rappelé de concert Jo de Wolf, CEO de Montea, et Michel van Geyte, grand patron de Leasinvest, qui n’hésitent pas à franchir les frontières (Pays-Bas, grand-duché de Luxembourg).

Les soins de santé ont également le vent en poupe. Jean-Pierre Hanin, CEO de Cofinimmo, a rappelé que sa société avait considérablement investi dans ce secteur qui représente aujourd’hui 50 % de son portefeuille.

Les investissements alternatifs attirent de plus en plus : logements d’étudiants, data centres, espaces de stockage avec notamment Shurgard dont le CEO Marc Oursin a rappelé que le 15 octobre dernier, sa société a fait l’objet d’une IPO de 575 millions d’euros à Euronext Brussels.

« Pour un grand groupe, il est important de diversifier ses investissements dans ces nouveaux créneaux alternatifs », a rappelé Isabelle Scemama, CEO d’AXA IM Real Assets.

Un point de vue partagé par Serge Fautré, CEO d’AG Real Estate, qui reste par ailleurs réservé quant à l’évolution de certaines SIR. Il estime qu’il existe, pour certaines d’entre elles, un certain décalage entre la valeur réelle et la valeur cotée…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite