Les jeunes ont boosté l’immobilier en 2018

Les jeunes ont boosté l’immobilier en 2018
photo news.

Le dernier baromètre des notaires pour l’année 2018 publié mardi n’a plus aucun secret pour vous (lire les articles dans Le Soir du 23 janvier et sur Le Soir +).

Un élément mérite qu’on s’y attarde : l’influence des jeunes sur l’activité enregistrée tout au long de 2018. Le nombre de transactions a progressé de 1,6 % par rapport à 2017, une hausse de 5,5 % ayant même été enregistrée en Wallonie (Bruxelles a accusé un recul et la Flandre est restée à l’identique). C’est surtout dans la deuxième moitié de l’année (hormis décembre) que l’activité a été la plus intense, surtout pendant les mois d’octobre et de novembre, ce qui a compensé les premiers mois de l’année qualifiés d’« attentistes » par les notaires.

Dans cette activité générale, les jeunes ont été particulièrement actifs et quand on dit jeunes, on parle des moins de 35 ans puisque c’est cette tranche d’âge qui a été la plus active du côté des acheteurs : 42,1 %. Suivent les 36-50 ans (32,7 %), les 51-60 ans (14,8 %) et les plus de 60 ans (10,5 %).

Si l’on se penche sur le profil des vendeurs, en revanche, les plus actifs (41,2 %) sont âgés de 60 ans et plus, les moins actifs étant évidemment les moins de 35 ans (11,1 %). Lorsque les notaires parlent d’acquisitions, ils entendent aussi bien les ventes publiques (dont on sait qu’elles peuvent être réalisées désormais entièrement par internet) que les ventes de gré à gré dont l’acte a été passé en 2018.

« La demande reste élevée, surtout auprès des jeunes de moins de 35 ans qui saisissent l’occasion d’acheter un bien et de contracter un prêt immobilier avec un taux d’intérêt attractif », explique le notaire Renaud Grégoire, porte-parole de la fédération des notaires.

Cette information peut surprendre quand on voit que le prix moyen des maisons a augmenté de 4,7 % (pour atteindre le montant de 251.584 euros) et que celui des appartements a également grimpé de 1,8 % (220.095 euros). Si l’on tient compte de l’inflation en 2018 (+2,2 %), seules les maisons ont vu leur prix augmenter, mais cela fait tout de même des sommes difficilement abordables pour des jeunes quand on connaît la frilosité des banques à leur prêter de l’argent s’il n’y a pas un apport personnel suffisant qui est mis d’entrée de jeu sur la table.

Sur le même sujet
Économie et finances
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite